Il nous arrive tous d’espérer la venue de l’été… mais la chaleur du soleil, une fois présente, devient vite envahissante en certains endroits.
 
S’il est possible de gérer cette hausse de température par la climatisation ou la ventilation, il se révèle souvent moins coûteux de la bloquer à la source à l’aide de dispositifs efficaces.

Points chauds et facteurs de risque


La canicule entraîne un risque accru de chaleur accablante…

  • dans les logis peu isolés ou non isolés (au niveau de la toiture comme des murs extérieurs);
  • à l’intérieur de ceux munis d’une large fenestration orientée sud et ouest.


« À Montréal, au mois de juin, une fenêtre moyenne exposée au sud recevra plus de 7,5 kWh d’énergie dans une journée. Cela représente environ une plinthe chauffante de 700 W fonctionnant à plein régime pendant les 12 heures d’ensoleillement de la journée. » ¹

Comme les parois vitrées non protégées, les surfaces dures (béton, briques, asphalte…) peuvent aussi créer la surchauffe : elle cumulent la chaleur le jour et la relâchent ensuite lentement, longtemps après le coucher du soleil.

Agir, oui, mais comment?


Le blocage à la source du rayonnement solaire par les surfaces vitrées – portes, fenêtres, puits de lumière – se révèle un moyen judicieux de corriger la situation. Il en existe deux formes :

  • blocage de l’intérieur par des stores, des rideaux…;
  • blocage de l’extérieur à l'aide de volets, de brise-soleil, d’auvents ou d’arbres sur le côté sud de la maison (idéalement des feuillus pour créer de l’ombrage bienfaisant l’été et, l’hiver, céder le passage aux rayons solaires).

 

Protéger de l’intérieur


Les dispositifs intérieurs sont utiles, mais permettent tout de même à la chaleur de s’introduire dans la maison à travers la surface vitrée, avant de heurter le couvre-fenêtre. Il s’agit en général de l’un ou l’autre des accessoires suivants, parmi les plus communs :

  • stores à lamelles orientables, horizontaux ou verticaux, en bois, en tissu, en aluminium ou en PVC;
  • stores à enroulement constitués du matériau le moins translucide possible;
  • rideaux fabriqués de tissu opaque;
  • persiennes, généralement en bois, installées du côté intérieur des fenêtres.


Par temps chaud, le dispositif doit idéalement être déployé avant le début de l’ensoleillement direct. L’ennui, c’est qu’on se prive alors de la vue et… de la lumière naturelle.

Bloquer par l’extérieur


Les dispositifs extérieurs revêtent diverses formes, telles que les vitrages, les auvents et les volets extérieurs.

Vitrage à faible émissivité (Low-E)  

La plupart des fenêtres, des portes, des solariums, etc. offerts sur le marché sont maintenant dotés de vitrage à faible émissivité. Ce vitrage double comprend une mince pellicule d’oxyde métallique invisible, posée sur la surface extérieure du verre intérieur.

En été, ce vitrage bloque une partie des assauts du soleil; en hiver, il retient une part de la chaleur qui, autrement, s’échapperait du logis par conduction.

À défaut de disposer d'un tel vitrage, vous pourriez faire appliquer un film solaire sur le verre déjà en place. Il repoussera les rayons ultraviolets ainsi qu’une partie du rayonnement infrarouge, soit… la chaleur.

Auvents

Une autre solution consiste à installer des auvents, rétractables ou non, pour créer de l’ombrage aux portes et aux fenêtres de la maison (notamment celles orientées vers le sud et l’ouest).

Selon une étude du Centre canadien des technologies résidentiellesFichier PDF, les auvents rétractables en toile sont un excellent moyen – sinon le meilleur – de réduire des frais de climatisation en été.²  Ces auvents réglables permettent de profiter d’un coup de pouce solaire pendant la saison de chauffage (faisant ainsi baisser la facture), tout en atténuant les risques de surchauffe en été. Les essais menés dans le cadre de l’étude ont d’ailleurs montré que les occupants qui installent des auvents sur les fenêtres sud peuvent s’attendre à une réduction des températures (dans les pièces qui en sont munies, mais aussi ailleurs). Leur facture de climatisation diminuera en conséquence.

Moins polyvalents, les auvents fixes en toile, en aluminium ou en polycarbonate ondulé forment tout de même un écran solaire non négligeable sous un soleil de plomb.

Ce n’est pas le seul avantage des auvents, fixes ou non : ces éléments décoratifs n’entravent pas la vue vers l’extérieur. Tout au plus réduisent-ils un peu l’éclairage naturel à l’intérieur de la maison.

Avant l’achat, considérez leur qualité de fabrication – conception, ossature, matériau. L’installation par un bon ancrage au bâtiment joue aussi un rôle important : l’auvent doit offrir une grande résistance au vent (on veut le garder sur sa maison, pas le retrouver chez son voisin!). Un auvent fixe devra en outre supporter en outre les accumulations de neige.

Volets extérieurs

Les volets extérieurs sont le plus souvent à battants et de type persiennes. Jusqu’au milieu du siècle dernier, les portes et les fenêtres de bois de type guillotine en intégraient souvent. De nos jours, en installer n’est plus évident : les fenêtres à battants ouvrant vers l’extérieur, par exemple, ne le permettent pas.

Notons qu’il existe d’autres types de volets : pliants, coulissants, rétractables… Les volets rétractables, courants en Europe, s’avèrent peu présents au Québec. Aussi nommés volets roulants ou stores à enroulement extérieur, ils se composent de lamelles articulées. Remplies de mousse de polyuréthane, ces lamelles s’emboîtent les unes dans les autres; une fois abaissées, elles forment un écran devant une fenêtre ou une porte.

Les volets rétractables ont comme défauts d’atténuer la lumière naturelle et de nuire à la vue sur l’extérieur. En revanche, ils permettent de grandes économies de chauffage en hiver lorsqu’ils sont refermés la nuit et protègent la maison de la surchauffe estivale durant le jour. Une étude du Conseil national de recherches du Canada a montré que même si ces volets restent à demi fermés, leur installation peut permettre de réduire de deux tiers le besoin de climatisation… pendant les trois semaines les plus chaudes de l’été.

En somme, il existe quantité de moyens de prévenir la surchauffe à la maison. Il ne reste qu’à établir vos besoins en la matière, s’il y a lieu, et à choisir la ou les solutions les mieux adaptées à vos besoins et à votre budget.

Références :
1 Écohabitation : Contre le chaud et le froid : les volets roulants, une solution pour le Québec
2 Société canadienne d’hypothèques et de logement : Étude d’impact de l’ombrage créé par des auvents sur la climatisation en étéFichier PDF menée par le Centre canadien des technologies résidentielles



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.