Pour délimiter votre terrain ou créer une zone d’intimité, vous voulez ériger une clôture autour de votre propriété? Bonne idée! Mais avant de vous lancer, il vous faut une marche à suivre, car choisir et positionner une clôture n'est pas aussi simple qu’on le croirait.
Pour faire le tout dans les règles de l’art, voici les étapes qui vous attendent :

  • vérifier les aspects réglementaires et les risques de bris lors du creusage;
  • positionner la clôture (et parler de votre projet avec les voisins);
  • choisir des matériaux et un modèle qui répond à vos attentes et à votre budget;
  • déterminer une méthode d'installation appropriée au type de sol;
  • confier le mandat à un entrepreneur ou exécuter vous-même une partie ou l’ensemble des travaux.

 

Vérifications d’usage

  • Consultez le service d'urbanisme de votre municipalité pour savoir quels sont les matériaux et les styles de clôtures autorisés. Ceux-ci peuvent varier de ville en ville, de quartier en quartier et même de rue en rue!

    En général, les hauteurs permises sont de 3 pieds à l’avant de la maison et de 6 pieds à l’arrière. Il existe aussi des distances minimales à respecter aux limites du terrain.
  • Si vous avez une piscine, renseignez-vous : l’aménagement des clôtures et des barrières autour des piscines résidentielles est soumis à une norme de sécurité en vigueur partout au Québec. Non seulement votre municipalité doit s'y conformer, mais elle peut y ajouter des restrictions.
  • Le creusage des poteaux de clôture exige de la prudence… Communiquez avec Info-Excavation pour faire une demande de localisation de réseaux sous votre sol : c'est gratuit! Ne devenez pas la prochaine personne à sectionner un câble souterrain ou encore à percer un conduit!

 

Du bon tracé au… bon voisinage

Déterminez le tracé exact de votre clôture sur le terrain. Pour ce faire, inspirez-vous des arpenteurs : utilisez le certificat de localisation de votre propriété. Profitez-en pour vérifier si des servitudes vous imposent des restrictions.
Avisez également les voisins de votre projet, afin d'éviter tout malentendu avec eux. Vous ne voulez pas subir les célèbres « chicanes de clôture » une fois celle-ci installée!

Modèles et matériaux

Quant au choix du modèle, plusieurs facteurs influenceront votre décision : prix, style, couleur, durabilité, degré d'intimité recherché, charge d'entretien du matériau, facilité de pose. Les bricoleurs préféreront aussi une construction qu’ils peuvent réparer en cas de bris ou d’usure – ce que certains matériaux ne permettent pas.
Définissez vos besoins :

  • Voulez-vous simplement délimiter votre terrain et barrer l'accès aux animaux (ou à certains bipèdes!) qui n'y sont pas bienvenus? Une clôture ajourée en maille de chaîne peut alors suffire.
  • Désirez-vous plutôt ajouter de la valeur et de la beauté à votre propriété? Considérez les clôtures ornementales en acier ou en aluminium parmi vos choix.
  • Vous souhaitez surtout vous abriter des regards indiscrets? Une clôture de type « intimité » en bois, en PVC ou en panneaux de métal offrira la solution. Pour laisser passer un peu plus de lumière, le modèle intimité peut être surmonté d’un treillis.

La clôture de bois

Conçue de planches de 1’’ x 6’’, de traverses de 2’’ x 4’’ et de poteaux de 4’’ x 4’’, la clôture de bois est vendue à la pièce ou offerte en sections préfabriquées de 5 ou 6 pieds de hauteur sur 6 ou 8 pieds de longueur.

Pour un look différent et une stabilité hors pair, plusieurs installateurs offrent une clôture de bois retenue par des poteaux de métal.

Le bois traité est le plus abordable et le plus populaire. Le cèdre rouge, pour sa part, est recherché pour sa richesse et sa durabilité, attribuable à ses résines naturelles.

Avantages : coût abordable, variété de formes et de couleurs, aspect chaleureux, possibilité de construire et de réparer soi-même la clôture.

Inconvénient : entretien périodique à prévoir, même avec le bois traité (application d’un enduit ou d'une teinture protectrice tous les 2 à 5 ans).

La clôture à mailles de chaîne

La clôture à mailles de chaîne se compose de fil galvanisé revêtu de vinyle offert en différentes couleurs. Les poteaux, eux, sont en acier émaillé ou en acier galvanisé.

Avantages : coût abordable, sans entretien, durable.

Inconvénient :
peu esthétique, ajourée seulement (il est toutefois possible d’y ajouter des lattes ou d’y faire pousser des plantes grimpantes.)

La clôture de PVC


Les modèles en PVC se présentent sous forme de planches ou de panneaux. Les éléments d’ossature sont renforcés de métal. Les produits faits de PVC vierge, plus blancs et plus luisants que ceux contenant du PVC recyclé, sont à rechercher.

Avantages : sans entretien, durable, offre l’intimité recherchée par certains.

Inconvénient :
coût élevé, disponible en blanc seulement.

La clôture métallique


Les modèles en acier galvanisé ou en aluminium ont pris la relève des traditionnelles clôtures en fer ornemental. Comme elles, ils ont fière allure, sans pour autant exiger d’entretien.  

Les modèles sont habituellement composés de poteaux de 2’’ x 2’’, de traverses de 1’’ x 1’’ et de barreaux de ½’’ x ½’’. Variante : il existe également des clôtures faites de panneaux d’acier.

Avantages : raffinement esthétique, sans entretien, durable, choix de couleurs.

Inconvénient : coût élevé, modèle le plus souvent ajouré.

Divers scénarios d’installation

Fixer les poteaux dans le sol est l’étape la plus importante, puisque la stabilité de la clôture en dépend. Plusieurs bonnes méthodes existent, chaque expert y allant de sa solution.
Le travail de creusage et la méthode d’ancrage des poteaux dépendront du type de terrain : rocailleux, argileux, sablonneux, etc.
Bon à savoir :

  • Les clôtures qui forment une palissade sont beaucoup plus soumises à la force des vents que les modèles à claire-voie (ajourés). C’est pourquoi il vaut mieux vaut écourter la distance entre leurs poteaux et fixer ceux-ci plus solidement.
  • Les installateurs creusent habituellement des trous de 6 à 8 pouces de diamètre et de 3 à 4 pieds de profondeur. Pour plus de stabilité, plusieurs suggèrent de creuser jusqu’à 6 pouces sous la ligne de gel. Si vous voulez en faire autant, prévoyez un supplément.
  • Vous êtes bricoleur? Vous pourriez faire creuser les trous par un installateur et effectuer le montage de la clôture vous-même.


Fondations en tous genres

Enfin, notez qu’il existe plusieurs façons d’ancrer les poteaux dans le sol…

  • La classique : le béton est versé dans un coffrage cylindrique préalablement installé dans le trou. Le poteau, appuyé sur un fond de gravier compacté, est coulé dans le béton. En surface, pour favoriser l’égouttement, le béton est lissé en forme de cône. Sur le poteau de bois, un scellant d’extérieur devra être appliqué plus tard si un joint de retrait apparaît entre le poteau et le béton.
  • Variante (la sceptique) : un étrier métallique est fiché dans le béton; la base du poteau est par la suite vissée à l’étrier. Le bois, donc, n’entre pas en contact avec le béton.
  • La pratico-pratique : cette méthode est la plus courante. Le béton est versé directement dans le trou. La base du poteau, appuyée sur un fond de gravier compacté, est coulée dans le béton.
  • La traditionnelle : le poteau est enfoui directement dans le sol. On le retient en compactant de la poussière de pierre autour. La technique de compaction consiste à arroser et à tamponner cette poussière au moyen d’un 2’’ x 4’’.
  • La délégante : on confie à une firme le soin de visser, jusque sous la ligne de gel, des pieux thermiques à ailettes. On visse ensuite la base des poteaux aux étriers ajustables situés à la tête des pieux.
  • L’innovatrice : il est aussi possible de retenir un poteau dans un trou en versant autour une mousse d’uréthane expansive conçue à cette fin.


Parmi toutes les options existantes, à vous maintenant de trouver le produit et le mode d’installation qui répondent à la fois à vos besoins et à votre budget!

Remerciements à M. Michel Miglierina de Clôtures Sentinelle, une entreprise recommandée par CAA-Québec, pour sa collaboration à cette capsule-conseils.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.