L’éclairage
La cuisine est la pièce la plus achalandée et la plus polyvalente de la maison. Elle sert à préparer les repas, manger, lire le journal, faire le budget, jouer à des jeux de société, et plus encore. Un système d’éclairage bien pensé est donc primordial pour faire de ce lieu un endroit agréable et fonctionnel. Bon à savoir : une cuisine moyenne requiert entre 200 et 300 watts de puissance d’éclairage! Tablez sur différentes sources d’éclairage et sur des produits éconergétiques.

Au-dessus des plans de travail et de l’évier, favorisez l’éclairage direct pour éliminer les zones d’ombre et bien voir ce que vous faites. Des tubes fluorescents placés sous les armoires, de même que des encastrés à halogène ou au xénon, constituent de bons choix. L’éclairage indirect, quant à lui, crée l’ambiance dans la cuisine. Des fluorescents au-dessus des armoires, des lampes suspendues à incandescence ou fluocompactes de type blanc doux, des projecteurs sur rails que vous pouvez diriger là où vous en avez besoin représentent autant de solutions. Conseil : ne lésinez pas sur les sources lumineuses. Il est en effet frustrant de constater à la fin des travaux que certaines zones sont sous-éclairées. Et disposez plusieurs interrupteurs dans la pièce de façon à pouvoir éclairer facilement les zones nécessaires seulement. Mais qu’importe le type d’éclairage que vous choisirez, prévoyez-le avant le début des travaux, puisque l’électricien devra installer les fils appropriés avant que les murs ne soient fermés ou les armoires fixées.

La ventilation
La hotte sert non seulement à expulser à l’extérieur les odeurs et les fumées de cuisson, mais aussi à évacuer le surplus d’humidité afin de prévenir la formation de moisissure et la détérioration des revêtements. Prenez donc soin de vous doter d’un système de ventilation suffisamment puissant pour les besoins de votre cuisine. Tenez compte notamment de la surface de cuisson et de la longueur du conduit d’évacuation. Rappelez-vous qu’une hotte de cuisinière doit déplacer plus d’air qu’un ventilateur de salle de bains, soit entre 50 et 140 litres/secondes (de 100 à 300 pi3/min). Quant au débit d’évacuation, il se situe généralement entre 100 et 200 litres/seconde (200 et 400 pi3/min). Cela dit, ne cédez pas à la tentation de rechercher le débit le plus puissant. Un ventilateur à débit trop élevé peut faire refouler vers l’intérieur les odeurs et émanations toxiques du foyer, du générateur de chaleur ou encore du chauffe-eau au mazout, au gaz naturel ou au gaz propane!

Optez pour un appareil doté d’un ventilateur centrifuge, un système ayant l’aspect d’une turbine ou d’une roue de hamster. Il offre une efficacité d’extraction nettement supérieure à celui qui est muni d’une petite hélice, et il est plus silencieux. Cette performance sera optimisée si le conduit d’évacuation est en métal rigide et lisse et donne directement sur l’extérieur. Pour votre confort, choisissez un appareil doté d’un niveau sonore de 4,5 sones ou moins. Enfin, recherchez le symbole Energy Star pour un choix éconergétique.

La hauteur d’installation de la hotte varie en fonction du type de cuisinière. Pour un modèle électrique, la distance entre la hotte et la surface de cuisson variera entre 51 et 61 cm (20 à 24 po), mais ne devra jamais dépasser 75 cm (30 po). En ce qui a trait aux cuisinières à gaz ou de haute performance, suivez les recommandations du fabricant.

Les murs
Dans une cuisine, les murs sont mis à rude épreuve par l’eau et l’humidité, particulièrement ceux qui sont situés derrière le dosseret (gare aux joints mal faits!), la cuisinière et les armoires basses où se trouvent l’évier et le lave-vaisselle. D’où l’importance de sélectionner des matériaux résistant à l’humidité, à l’eau et à la moisissure, comme des panneaux de gypse hydrofuges. Pour la réalisation des joints, optez pour le ruban de fibre de verre plutôt que de papier. Privilégiez une peinture de type acrylique qui contient un fongicide empêchant la formation de moisissures et, idéalement, sans COV pour ne pas nuire à la qualité de l’air. Dans le même esprit, recherchez des matériaux, des revêtements, des teintures et des adhésifs à faibles émissions. Quant au revêtement du dosseret – l’espace compris entre les comptoirs et les armoires supérieures –, il doit être imperméable et facile à nettoyer. Un cordon de scellant à base de silicone, suffisamment large pour bien couvrir l’ouverture, empêchera les infiltrations de liquide.

Par Jacqueline Simoneau



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.