La formation de condensation sur les vitrages comme ailleurs dans une maison dénonce très souvent la présence d’humidité excessive. Votre résidence en est victime? Voilà qui vous intéressera…

Situation normale…
La condensation est peu inquiétante lorsqu’elle survient à l’occasion. Les rassemblements du temps des fêtes, par exemple, peuvent créer des conditions favorables à la transpiration de votre habitation. En effet, qui dit nombreux invités dit aussi multitude de bottes et manteaux enneigés, durée de cuisson des aliments plus longue qu’à l’accoutumée et corvée de vaisselle à n’en plus finir. Beaucoup, beaucoup d’humidité! Comme la condensation résulte du contact de l’air chaud et humide avec une surface froide, il n’est donc pas rare que des rencontres aussi chaleureuses fassent suer les vitres.

… ou alarmante?
Le phénomène doit cependant faire réfléchir s’il est récurrent ou persistant et que les fenêtres affectées sont en bon état et bien étanches. Si de la condensation s’installe régulièrement sur leur vitrage, il risque fort d’en être de même sur les murs et plafond de la salle de bains, mais aussi sur les murs du sous-sol ou des placards donnant sur l’extérieur, dans l’entretoit et, plus insidieusement, à l’intérieur même des murs extérieurs. Un « arrosage » à répétition aura tôt fait de transformer ces endroits en jardins de moisissure, causant par le fait même des dommages aux structures, finis et équipements de la maison, en plus d’en altérer la qualité de l’air

Aussi doit-on être attentif à l’humidité ambiante, installer des systèmes mécaniques permettant de l’évacuer à la source et, en cas de problème, en cerner rapidement la cause.

Mesurer l’humidité
On mesure le taux d’humidité relative d’une maison au moyen d’un hygromètre mécanique ou électronique, un instrument peu coûteux que l’on trouve partout où l’on vend des thermomètres d’ambiance. Les deux instruments sont d’ailleurs souvent combinés dans un même appareil. Pour une lecture probante, l’hygromètre doit être placé dans une aire de séjour ou dans un endroit où le taux d’humidité semble poser problème.

Ce taux ne devrait jamais dépasser 45 % pendant l’hiver (30 % durant les grands froids, soit au-delà de -10 °C). Un hygromètre qui affiche alors un taux supérieur de manière constante sonne une alerte. Mieux vaut ne pas l’ignorer.  

Humidité excessive et air vicié : dehors!
Un ménage produit de 10 à 50 litres d'humidité par jour dans une maison* (présence humaine ou animale, bains, douches, lessive, cuisson, nettoyage, végétaux, bois de chauffage, etc.). Pour en évacuer le trop-plein susceptible de favoriser la condensation, une habitation doit être équipée d’extracteurs d’air raccordés à une bouche d’évacuation extérieure.

Salle de bains et cuisine
Pour la salle de bains comme pour la cuisine, il faut opter pour un appareil doté d’un ventilateur centrifuge, un système ayant l’aspect d’une turbine ou d’une cage d’écureuil. Il offre une efficacité d’extraction nettement supérieure par rapport à ceux qui sont munis d’une petite hélice ressemblant à celle d’un moteur de bateau.

Cette performance sera optimisée si le conduit d’évacuation est en métal rigide lisse et que son parcours est le plus court et le plus droit possible. Il faut l’isoler s’il transite par un espace non chauffé tel l’entretoit et lui donner une légère pente favorisant un écoulement de l’eau vers l’extérieur en cas de condensation.

Le ventilateur de la salle de bains doit être contrôlé, de préférence, par une minuterie (ou un humidistat) afin d’éviter que son fonctionnement soit interrompu avant que la vapeur d’eau ait été significativement évacuée. C’est malheureusement très souvent le cas lorsqu’il est commandé par un commutateur indépendant ou le reliant à l’éclairage de la pièce : on éteint tout en sortant alors que celle-ci baigne encore en plein nuage.

Un ventilateur efficace aura une puissance (débit d’air en pieds cubes/minute ou PCM) calibrée en fonction de la dimension de la salle de bains (1 PCM par pied carré de superficie + ajout de 20 % au total obtenu) et de la longueur du conduit d’évacuation (1 PCM par pied linéaire pour un conduit rigide ou le double pour un conduit flexible)**. La nature et le nombre des installations sanitaires (bain/douche, enceinte de douche, baignoire à remous, etc.) de même que l’achalandage en période d’affluence sont aussi à prendre en compte. Pour favoriser son utilisation régulière, il sera le plus silencieux possible (maximum 2 sones).

Les vapeurs de cuisson doivent pour leur part être captées et soufflées à l’extérieur par une hotte de cuisinière dont la puissance sera notamment dictée par la longueur de son conduit d’évacuation. Ce dernier doit être en métal rigide, de forme rectangulaire (3¼ po x 10 po) ou circulaire (6 ou 7 po). 

Sécheuse
On doit aussi s’assurer que la sécheuse expulse bel et bien à l’extérieur de la maison tout l’air chaud et gorgé d’humidité qu’elle génère, à la faveur d’un conduit de même type qui n’est pas obstrué.  

Échangeur d’air
Peut-on seulement douter de l’utilité de cet équipement, sachant qu’une maison insuffisamment aérée ou non ventilée peut emprisonner de 2 000 à 10 000 litres d'humidité, en saison froide?* À cet égard, dans les maisons très étanches à l’air, un échangeur d’air, préférablement de type récupérateur de chaleur (VRC), complétera le travail d’assainissement de l’air.

Attention aux sources cachées d’humidité!
L’excès d’humidité attribuable aux habitudes de vie des occupants n’est cependant pas seul responsable de l’exposition d’une maison aux méfaits de la condensation ou du développement de moisissure.

Qui sont les autres complices? Un grand nombre oeuvrent au sein du redoutable clan des infiltrations et fuites d’eau : toit qui coule, parement extérieur ou fenêtre mal en point, plomberie qui fuit, fondation mal drainée ou fissurée, etc. Autant de couloirs pouvant demeurer longtemps secrets et ainsi créer de prolifiques milieux humides.

L’hygromètre pourra dans certains cas mettre la personne qui en fait une lecture suivie sur la piste d’un coupable avant que celui-ci n’engendre des dommages trop considérables. Dans de tels cas, les appareils pour évacuer l’humidité ne suffisent pas : il faut régler la cause du problème.

* Source : Société canadienne d’hypothèques et de logements (SCHL)
** Source : Rona.ca (« Installer un ventilateur de salle de bains »)



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.