CAA-Québec - Bûches écolos

Les bûches de bois densifié dites « écologiques » ont maintes vertus, surtout si elles ne contiennent ni paraffine ni additifs chimiques.

Sur le plan pratique, elles ont l’avantage d’être vendues en petites comme en grandes quantités, dans des formats et emballages permettant un entreposage propre, qui ne génère pas de problème d’insectes ou d’humidité et qui réclame moins d’espace que le bois de corde traditionnel.

En matière d’environnement, elles revalorisent les résidus de bois des scieries et des usines de transformation (planchers de bois franc, meubles, etc.). En outre, leur combustion dans un poêle certifié EPA produit jusqu’à 58 % moins de particules nocives que le bois naturel (environ 30 % moins dans un appareil non certifié).

Enfin, leur efficacité énergétique est de 20 à 35 % supérieure à celle du bois naturel. Comme elles renferment jusqu’à quatre fois moins d’humidité que le bois de chauffage ordinaire, leur combustion produit beaucoup plus de chaleur. Cette dernière qualité appelle toutefois à la plus grande prudence.

Une braise plus ardente que la flamme 
C’est que la surchauffe constitue un risque potentiel pour tout poêle ou foyer, notamment pour les appareils performants dont la principale caractéristique est justement de maintenir une température maximale dans la chambre de combustion. Certes, tout combustible employé sans retenue peut engendrer une surchauffe. Le bois densifié représenterait toutefois un risque accru en raison de son remarquable pouvoir calorifique (BTU/lbs).

De manière générale, ces bûches mettent très peu de temps à produire une braise où se retrouvera près des trois quarts de la chaleur générée par leur combustion. Or, observe-t-on chez Maison DF, un important distributeur d’appareils de chauffage d’appoint, les gens sont souvent portés à en rajouter sitôt qu’ils ne voient plus de flammes. Conséquence : le lit de braises ardentes épaissit plus rapidement que le transfert de chaleur ne s’opère, ce qui entraîne par le fait même une surchauffe de l’appareil.
Il peut en résulter des pièces tordues, fendues ou décolorées, voire des briques réfractaires qui se sont désagrégées sous l’intensité de la chaleur, affirme Jean-François Fauteux, président de l’entreprise. Il souligne que la garantie des fabricants ne s’applique jamais pour un dommage causé par une surchauffe. Certains manufacturiers, par exemple Jotul, déconseillent même l’utilisation des bûches de bois densifié. Un conseil : vérifiez avant d’allumer!

Un thermomètre pour rester maître
Comment contrôler le niveau de chaleur et éviter les mauvaises surprises? La façon la plus simple et la moins coûteuse est d’installer un thermomètre sur l’appareil ou sur son tuyau de raccordement à la cheminée. Les modèles aimantés sont les plus courants. Si le thermomètre doit être installé sur un tuyau de raccordement à double paroi, il doit être muni d’une sonde (tige à introduire dans le conduit). Le thermomètre favorisera une utilisation efficace et sécuritaire de l’appareil en indiquant la chaleur générée par son fonctionnement sur une échelle établissant la zone de température appropriée.

Ces thermomètres fournissent donc des repères essentiels aux personnes peu ou pas du tout familières avec le chauffage au bois. Ils sont en vente dans les boutiques spécialisées et les grandes quincailleries pour environ 20 $. 

Bois « écolo » : vigilance et discernement

À l’utilisation :

  • Retenez que les bûches de bois densifié doivent être utilisées avec modération : jamais plus de trois à la fois dans un appareil certifié EPA, précise M. Fauteux. En mode chauffage, il s’avère plus sûr d’opter pour des bûches dites « de nuit », qui ont la particularité de relâcher la chaleur sur une plus longue période de temps.
  • On conseille aussi de ne pas employer de bûches écologiques pour le démarrage du feu dans un poêle en fonte afin d’éviter un choc thermique.

À l’achat :

  • La seule impression du terme « écolo » sur l’emballage d’une bûche ne signifie pas qu’elle soit exempte d’additifs chimiques ou de paraffine, un sous-produit de l’industrie pétrolière. Il faut savoir que les bûches paraffinées dégagent une telle intensité de chaleur qu’elles doivent être brûlées uniquement dans un poêle ou un foyer ouvert, ce qui réduit leur efficacité énergétique.
  • Pour leur part, certaines bûches arborent la certification ÉcoLogo, qui garantit qu’elles sont fabriquées uniquement de résidus de bois convenant à la combustion et qu’elles ne contiennent aucun additif chimique. Symbole du programme d’éco-étiquetage d’Environnement Canada, l’ÉcoLogo est destiné à aider le consommateur à sélectionner des produits moins nocifs pour l’environnement.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.