511 inspections réalisées à l’été 2017 dans 10 centres d’inspection automobile CAA-Québec.

Taux d’échec : 31% (158 véhicules sur 511)

Principaux problèmes environnementaux détectés par ordinateur

1- Gestion des vapeurs d’essence : 32% des cas (50 véhicules). Le réservoir d’essence et ses canalisations sont normalement pressurisés. S’ils ne le sont pas, des vapeurs d’hydrocarbures s’échappent et polluent l’atmosphère. Coût de réparation très variable. Peut-être causé par un simple bouchon d’essence fissuré.

2- Ratées d’allumage : 17% des cas (26 véhicules). C'est lorsque la phase de combustion du carburant ne s'exécute pas correctement dans un cylindre. L’essence non brûlée est alors traitée dans le catalyseur, qui lui, surchauffe. Cela peut produire une réaction en chaîne très grave : bris du catalyseur, des sondes d’oxygène et même du moteur. Consommation d’essence élevée. Coût de réparation difficile à évaluer : 200$ et plus.

3- Sondes d’oxygène : 15% des cas (24 véhicules). Les sondes à oxygène permettent à l’ordinateur de calculer le bon ratio air/essence qui arrive au moteur pour lui permettre de bien fonctionner et de respecter les normes environnementales. Lorsqu’une sonde est défectueuse, l'ordinateur utilise des paramètres fixes et ne peut pas faire son travail. La consommation d’essence peut alors augmenter de façon significative. Coût de réparation : entre 100 et 300 $.

4- Mélange air/essence trop pauvre : 8% des cas (13 véhicules). Ce problème n’entraîne pas de surconsommation d’essence, mais plutôt l’augmentation d’oxyde d’azote dans l’atmosphère. Coût de réparation très variable.

5- Efficacité du catalyseur : 6% des cas (9 véhicules). Les émissions de polluants dépassent au minimum 1,5 fois la norme. Le véhicule ne les contrôle plus. Coût de réparation : plus de 400$.

 

Problèmes environnementaux potentiels décelés par les mécaniciens :

-   Perforation dans le système d’échappement : 35% (179 véhicules). Ce problème peut entraîner une surconsommation d’essence lorsqu’il vient fausser la lecture d’une sonde à oxygène.

-   Les pneus sous-gonflés : 18% (92 véhicules). Des pneus sous-gonflés (moins de 28 psi) augmentent inutilement la consommation d’essence jusqu’à 15%.