Identifier les composantes et comprendre leurs rôles

Connaître les composantes de votre toit vous aidera à y voir plus clair lors de l’étude des soumissions.

Schéma d’un toit

La période idéale pour refaire sa toiture se situe entre le 21 mars et le 21 septembre, puisque la chaleur du soleil rehausse l’étanchéité. Au contraire, le temps froid nuit à l’adhérence des bandes auto-adhésives sous les bardeaux. Sachez toutefois que les couvreurs peuvent quand même effectuer la pose en d’autres périodes en prenant soin, par exemple, d'ajouter des pastilles de colle sous les bardeaux.

Pour plus d'info sur ce sujet, Réfection de la toiture par temps froid.

Support de couverture (ou pontage)

Généralement fait de contreplaqué de 1⁄2 pouce d’épaisseur, le support de couverture ferme et renforce la structure du toit, tout en permettant le clouage des bardeaux.Le Code de construction du Québec autorise aussi l’emploi de certains panneaux de copeaux.

Bordure de toit (ou fascia)

Toute planche de façade bordant le toit ou les avant-toits. 

Comble (ou entretoit)

Espace sous le toit. Cet endroit doit être aéré afin de protéger les matériaux de la toiture contre la surchauffe l’été, et contre l’air chaud et humide dégagé par la maison en hiver.Un excès d’humidité peut se transformer en givre s’il entre en contact avec les surfaces froides sous la couverture.

Dos d’âne

S’adosse en amont d’une cheminée (ou à d’autres volumes semblables). Il favorise l’écoulement des eaux de pluie.

Faîte (ou pignon)

Ligne horizontale du sommet d’un toit.

Noue

Angle rentrant situé à la jonction de deux versants d’un toit.Pour assurer l'étanchéité de la noue, on la recouvre d'un solin souple ou de métal, ou mieux encore, d'une combinaison des deux.

Membrane d’avant-toit

Utilisé sous les bardeaux d’asphalte, en tout ou en partie, ce revêtement de protection prévient les infiltrations dues aux barrières de glace en hiver. Pour plus d'info, Glace en bordure d’un toit: tolérance zéro!

Membrane de sous-couche

Faite de feutre saturé d’asphalte ou de tissu synthétique, cette membrane protège les bardeaux de la résine libérée par le bois du support, tout en préservant ce dernier des intempéries.Ce revêtement est obligatoire pour obtenir certaines garanties.

Larmier

Moulure qui couvre le périmètre du support de couverture et qui réduit le risque d’infiltration.Non obligatoire, elle est toutefois recommandée par les couvreurs et les fabricants. On la fixe directement sur le pontage, au bas des versants et au-dessus de la sous-couche, sur les côtés du toit.

Aérateurs (évents de toiture)

Boîtiers de métal ou de plastique composés d’ouvertures et d’ailettes, les aérateurs assurent la ventilation des vides sous le toit. Les plus efficaces comportent quatre faces ouvertes et s’élèvent au-dessus du faîte, ce qui leur permet de capter les vents venant de toutes les directions et d’activer ainsi un effet d’aspiration. Pour obtenir une ventilation complète de l’entretoit, il faut nécessairement une entrée d’air au bas de la toiture à travers les soffites perforés de l’avant-toit.Le plus souvent en aluminium et perforée, cette pièce ferme le dessous d’un avant-toit.

Déflecteur

Insérée entre les chevrons, cette pièce de polystyrène ou de carton préserve, au-dessus de l’isolant, un espace libre près des soffites. Ce vide doit compter au moins 2 pouces de profondeur.

Évent de plomberie

Ce tuyau qui émerge du toit sert à insuffler de l’air au système de plomberie et, par le fait même, à permettre l’écoulement des eaux usées vers l’égout ou le champ d’épuration.

Solins (couvre-joints) 

Souples ou rigides, faits d’acier, d’aluminium ou de plastique, les solins sont des moulures résistantes conçues pour éviter les infiltrations de l’eau qui ruisselle près des endroits percés. On retrouve des solins dans les noues, à la base des cheminées, à la base des murs ou encore à la base des aérateurs de toit et des évents de plomberie.

Bardeaux

Faits de fibre de verre et d’asphalte, les bardeaux protègent la toiture de la pluie et donnent du style à la maison.

Choisir mon bardeau

Les bardeaux d’asphalte se sont imposés sur le marché nord-américain grâce à leur coût abordable et à leur installation simple. Leur système d’étanchéité fonctionne par gravité: tant que l’eau s’écoule vers le bas, aucune goutte ne pénètre. Leur longévité varie de 20 à 40 ans.

Une réfection par-dessus les vieux bardeaux est possible, notamment pour réduire le coût des travaux, mais c’est à déconseiller, car tôt ou tard, les défauts sous-jacents déformeront le nouveau revêtement.

L’épaisseur, un gage de qualité!

Plus les bardeaux sont épais et lourds, plus ils résistent aux intempéries. Il existe deux sortes de bardeaux en fibre de verre:

  • Ceux ayant une simple couche d’armature – on parle alors de bardeaux à trois pattes;
  • Ceux ayant deux à trois couches d’armature, appelés bardeaux stratifiés (ou de style architectural).

Les modèles stratifiés sont plus coûteux, mais garantis plus longtemps.

Si vous refaites votre couverture, conservez des bardeaux supplémentaires pour d’éventuelles réparations. Notez aussi la marque, le modèle et la couleur pour remédier aux imprévus. Les vieux bardeaux sont pour leur part recyclables.Des entreprises de collecte et de recyclage de matériaux de construction acceptent les bardeaux d’asphalte. Pour éviter l’envoi au dépotoir de ressources encore utiles, informez-vous des possibilités de collecte sélective dans votre localité.

Bon à savoir

Si vous êtes adeptes du magasinage en ligne, notamment, méfiez-vous de tout nouveau matériau qui ne correspond pas aux exigences des codes de construction en vigueur chez nous. Les bardeaux d’asphalte sont certifiés par des normes canadiennes et acceptés par les corps professionnels du pays.

Connaître les garanties

Les fabricants de bardeaux d’asphalte offrent une garantie de base à 100%. Le délai habituel est de 5 ans pour les bardeaux simples et de 15 ans pour les stratifiés. Par la suite, le pourcentage remboursable du coût des bardeaux décroît avec les années jusqu’au terme de la garantie. La main-d’œuvre n’est plus comprise à cette étape.

Chose intéressante, des protections contre la formation d’algues brun-vert et contre les dommages causés par les grands vents apparaissent maintenant dans les tableaux de garantie des fabricants.La notion de forts vents diffère pour les bardeaux simples et les stratifiés. Ces derniers tolèrent des rafales plus puissantes et leur résistance est garantie plus longtemps.

Garantie prolongée

Il existe des garanties prolongées appliquées à des systèmes de couverture composés d’un assemblage de bardeaux, de membrane d’avant-toit et de sous-couche sélectionnés. Ces programmes ambitieux – et aussi plus coûteux – couvrent à long terme (jusqu’à 50 ans) autant les matériaux que la main-d’œuvre. Sachez toutefois que seul un couvreur certifié par le fabricant peut effectuer les travaux protégés de la sorte.

Bon à savoir

Certains problèmes, comme un mauvais état du support de couverture ou les conditions de ventilation des combles déficientes peuvent invalider les garanties. Il est donc important d’apporter les correctifs proposés par votre entrepreneur avant la pose des bardeaux.

Types de toit et ventilation

Le type de toiture détermine les normes minimales à respecter, notamment en matière d’aération. Votre toit a-t-il une configuration particulière? Si c’est le cas, il faut en tenir compte parce qu’un problème de ventilation dans les combles risque d’accélérer la détérioration de la couverture. Par ailleurs, il est primordial de connaître la pente de votre toit, car cela joue un rôle important à plusieurs niveaux:

Premièrement, le bardeau d’asphalte se pose sur une pente d’au moins 1 : 3 (selon le système métrique) ou de 4⁄12 (en mesure impériale).Comment calculer le tout? Une pente de 4⁄12 équivaut à une mesure de 4 pouces de hauteur sur 12 pouces à l’horizontale.

Deuxièmement, l’installation et les matériaux employés doivent être compatibles avec l’inclinaison du toit. Le revêtement de bardeaux reste étanche sous certaines conditions seulement.

Troisièmement, pour que la circulation de l’air soit adéquate, la superficie totale des ouvertures d’aération dépend de règles associées au type de toit. À l’exception de cas particuliers, la surface dégagée par les orifices doit être d’au moins 1⁄300 de la surface du plafond recouverte d’un isolant. Autrement dit, on devrait trouver au moins un pied carré d’ouvertures d’aération pour chaque 300 pieds carré de plafond isolé (ou un mètre carré pour 300 mètres carrés).

Types de toiture

Toit plat

Si la pente du toit est inférieure à 2⁄12, il s’agit d’un toit plat. Dans ce cas, les ouvertures doivent occuper une surface d’au moins 1⁄150 de l’aire isolée du plafond.

 

Toit sans combles incliné (surnommé toit cathédrale)

Le toit sans combles incliné compte un ratio d’aération de 1⁄150. Les orifices doivent se répartir au bas et au sommet du toit.

Toit à combles doté de lucarnes

La présence des lucarnes dans les combles restreint celle des soffites. Il faut donc compenser en utilisant des panneaux arborant des trous plus gros.

Toit mansardé (à combles brisés)

La partie inférieure mansardée de ce toit n’a pas besoin de ventilation. Par contre, la section des combles doit être aérée selon les mêmes normes que les toits à combles ordinaires.Il est possible d’ajouter des évents d’admission d’air à la base de la partie principale.

Toit à pentes asymétriques

Pour équilibrer l’aspiration d’air au sommet d’un toit à pentes asymétriques, il faut augmenter le pourcentage d’ouvertures à la base du versant long et réduire celui à la base du versant court.Tel qu’illustré, les soffites sont à 100% perforés du côté plus long et à 50% du côté plus court.

Dans le cas d’un toit à combles accessibles croisant un toit cathédrale, il faut respecter la règle qui s’applique pour chacun:

  • du côté accessible, les orifices doivent offrir une surface libre d’au moins 1⁄300 de la surface du plafond isolé;
  • du côté dépourvu de combles, les ouvertures formeront au minimum 1⁄150 de la surface du plafond isolé.
1 800 686-9243