Sauf exception, la température extérieure fait toujours couler plus d’encre que la « météo interne » des habitations… sauf quand celle-ci provoque inconfort ou problèmes de santé!

Justement, quelles sont les conditions ambiantes requises pour allier le confort thermique à un milieu sain? Vaut-il mieux une température uniforme partout dans la maison ou un réglage par zone, voire « à la pièce »?

Des facteurs de variations… variés

Outre le degré de température réelle de l’air de la maison, plusieurs facteurs sont susceptibles d’influencer la température ressentie par les occupants :

  • taux d’humidité relative
  • présence de courants d’air
  • rayonnement des surfaces froides ou chaudes (murs, planchers, plafonds, vitrages, etc.)
  • facteurs individuels comme l’âge, l’habillement, le niveau d’activité physique, l’état de santé, le degré de fatigue, etc.

Par ailleurs, la sensation de confort relève aussi d’une évaluation toute personnelle. Une température confortable pour une personne peut donc très bien en incommoder une autre. On peut, de surcroît, juger une température appropriée à un moment de la journée et la trouver inadéquate plus tard.

Plus « scientifiquement », il faut savoir que quelqu’un se sent bien, en général, lorsque les conditions ambiantes permettent à son corps de maintenir sa température normale (soit environ 37 °C), en faisant appel au minimum à ses mécanismes de compensation biologique – la circulation sanguine et la sudation. Autrement dit, la température idéale pour une personne est celle qu’elle ne ressent pas!

Du côté de la température de l’air

Puisqu’il faut bien établir une température de consigne chez soi, à quel degré devrait-elle se situer pour créer un environnement confortable et sain?

À ce jour, au Québec, peu d’études scientifiques ont été menées sur l’impact du niveau de température sur la santé des occupants d’une maison, reconnaît le Dr Stéphane Perron, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive. Sur la base de données préliminaires, il suggère néanmoins :

  • De régler la température entre 20 et 22 °C – jusqu’à 24 même, pour les personnes d’un âge avancé

Une température plus basse aurait entre autres pour effet de faire grimper la pression sanguine (une protection contre le froid); cette hausse peut entraîner des désordres, principalement chez les personnes âgées et celles affectées par des problèmes chroniques de santé. En outre, certains virus, comme celui de l’influenza, survivent mieux si l’air est sec et plus froid.

Abaisser la température à 19, voire à 18 °C, ne pose toutefois pas d’inconvénient dans la chambre d’une personne en santé.

  • De maintenir une température uniforme dans toute la maison

Ce choix vaut mieux que celui de créer des microclimats entraînant de grandes variations de température (par exemple, plus chaud dans un bureau ou un salon, où l’on bouge moins; tempéré dans les pièces à vivre comme la salle à manger ou la cuisine; plus frais dans les chambres à coucher).

Le passage d’une zone chaude à une autre passablement plus froide est associé à des stress physiques néfastes pour la santé, en particulier pour les personnes d’un âge avancé.

Concernant le taux d’humidité relative

Le taux d’humidité relative (HR) joue un rôle déterminant dans la qualité de l’environnement intérieur pour la santé.

En bas de 30 % d’HR, l’air est trop sec. Il peut alors causer l’irritation des muqueuses du nez et de la gorge, source de difficultés respiratoires pour les personnes à risque (par exemple, celles qui souffrent d’asthme). Le dessèchement de l’air est aussi nocif pour les gens affectés par des maladies de la peau et des yeux.

À l’inverse, un taux d’HR supérieur à 60 % crée un milieu propice à la moisissure et à la prolifération des acariens; ces puissants allergènes et irritants peuvent être à l’origine de problèmes respiratoires tel l’asthme.

Les bons gestes

Au gré des saisons, voici les principales façons d’ajuster et de contrôler la météo intérieure de votre maison afin d’y maintenir des conditions saines.

Contrôle de la température

En été :

  • Utiliser un climatiseur
  • Recourir aux ventilateurs portatifs ou de plafond (pour abaisser la température ressentie)

En hiver :

  • Régler la température de consigne des thermostats
  • Améliorer l’étanchéité ou l’isolation thermique du bâtiment pour contrer l’infiltration d’air

Contrôle de l’humidité  

En été :

  • Utiliser un climatiseur bien calibré pour déshumidifier l’air
  • À défaut d’un climatiseur, recourir à un déshumidificateur portatif (dans une pièce)

Par ailleurs, on doit viser un taux d’humidité sous la barre des 50 %, un résultat que la plupart des déshumidificateurs portatifs peinent à atteindre.

En hiver :

Contrôler l’humidité s’avère délicat en saison hivernale.Normalement, on s’emploie alors davantage à la réduire, par la ventilation ou l’aération, afin d’éviter la condensation et de prévenir les moisissures. Pour en augmenter le taux, un humidificateur peut donc être utilisé, mais avec une grande précaution, surtout lors de grands froids. Voici les bons gestes à poser : 

  • Surveiller le taux d’HR au moyen d’un hygromètre; il ne doit pas dépasser 50 %.
  • Utiliser, de manière contrôlée, un humidificateur portatif ou relié à un système de chauffage central pour obtenir un environnement plus sain (humide) lorsque la situation l’exige.
  • Entretenir au quotidien son appareil portatif, le cas échéant, car l’eau stagnante favorise la prolifération de microbes. En négligeant cet entretien, on risque fort de remplacer un problème par un autre! 

Remerciements au Dr Stéphane Perron, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive, pour sa contribution à cette capsule-conseils.

Pour de l’information sur des sujets connexes, consultez les capsules suivantes :



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.