Les graffitis pullulent dans les quartiers densément peuplés, altérant l’apparence et la valeur des propriétés en plus de contribuer à la dégradation des milieux de vie. Leur prolifération est telle que la plupart des grandes municipalités ont adopté des programmes de prévention et d’aide au nettoyage.

Exemples d’aide proposée par des municipalités :

  • prêt ou location à faible coût d’outils de nettoyage (par exemple, machine à haute pression)
  • intervention d’employés municipaux affectés à cette tâche
  • aide financière pour les travaux confiés à une entreprise spécialisée

Endroits à risque
Les rues à grand achalandage, les intersections de ruelles, les zones scolaires et celles entourant les parcs sont particulièrement ciblées par les vandales.

La surface vierge des grands murs, des clôtures, des portes de garage et des hangars ainsi que les bâtiments abandonnés constituent leurs toiles de prédilection, surtout dans les zones mal éclairées.

Mesures préventives

Votre maison est située dans un secteur à risque? Voici quelques mesures efficaces pour qu’elle soit moins exposée au barbouillage :

Éclairage
Installez un système d’éclairage avec détecteur de mouvement à l’endroit problématique. Placez-le suffisamment haut et munissez-le d’une grille protectrice pour éviter le bris. Une ampoule au sodium à basse densité accroît la protection en rendant les couleurs difficiles à discerner.

Treillis protecteur
Fixez un grillage ornemental à très faible distance de la surface d’un mur à protéger. Optez pour un treillis assez serré afin qu’on ne puisse pas y grimper. Cette protection doit se déployer jusqu’à une hauteur d’environ 2,5 m (8 pi), ce qui inclut un dégagement de 60 cm à 1 m (2 à 3 pi) à partir du sol.

Protection végétale
Vous pouvez aussi protéger un mur au moyen de vignes vierges ou d’arbustes. Privilégiez la vigne de type Engelmannii. Elle n’abîme pas la brique ou le ciment, requiert peu de luminosité et d’entretien et est peu coûteuse. Cette plante grimpante contribue en outre à réduire le phénomène des îlots de chaleur urbains. Autres obstacles végétaux éprouvés : les rosiers rustiques et les arbustes à port dense disposés en haie au pied d’un mur.

Matériaux et couleurs
Employez des matériaux texturés, réputés être moins prisés que les autres par les graffiteurs, et choisissez des couleurs plutôt foncées (par exemple, vert forêt ou marron) pour les surfaces auxquelles l’accès ne pourra pas être empêché.

 

Peinture et enduits
Appliquez une peinture ou un enduit facilitant l’enlèvement des graffitis sur les surfaces vulnérables. Certains produits procurent une protection provisoire dite « sacrificielle » du fait que le film créé par leur application se trouve lessivé plus ou moins rapidement lors du nettoyage du graffiti. Ainsi, il faudra l’appliquer à nouveau après le nettoyage. Avant tout, assurez-vous cependant que le produit convient au matériau à protéger, notamment lorsque celui-ci doit être perméable à la vapeur d’eau.

Restriction d’accès
Rangez ou cadenassez les échelles et limitez l’accès aux éléments permettant d’atteindre des parties élevées du bâtiment (toiture, balcons, etc.).

Nettoyage

Si vous êtes néanmoins victime d’un méfait, voici quelques conseils :

Rapidité de réaction
En faisant disparaître rapidement le graffiti, vous réduirez considérablement le risque de récidive. Idéalement, il faut nettoyer ou repeindre la surface vandalisée à l’intérieur d’un délai de 24 heures. Face à un méfait répété, la persévérance demeure le nerf de la guerre!

Prudence pour ne rien abîmer
Le marché offre une panoplie de techniques et de produits plus ou moins « agressifs » affichant la prétention de pouvoir restaurer des surfaces salies. La plus grande prudence s’impose pour éviter tout dommage irréversible. Un bon conseil : consultez un fabricant ou un spécialiste du matériau concerné avant d’entreprendre les travaux de nettoyage ou de les confier à quelqu’un.

Appel aux autorités

  • Portez plainte à la police. Cela permet d’identifier les points chauds d’un quartier et parfois même d’appréhender les malfaiteurs. Si vous les prenez en flagrant délit, évitez toute confrontation directe avec eux : composez plutôt le 9-1-1.
  • Consulter les autorités afin de vous renseigner sur l’aide disponible.

Obligations de la victime
L’appel aux autorités se justifie d’autant que, à certains endroits, les autorités vont jusqu’à exiger que toute propriété soit gardée exempte de graffitis. La victime, soit le propriétaire du bâtiment vandalisé, hérite ainsi de l’obligation de procéder rapidement au nettoyage et est incitée à rapporter le méfait aux autorités policières.

Appel à votre assureur
Les graffitis sont considérés comme des sinistres par les assureurs. Vous pouvez donc faire appel à eux si les travaux de nettoyage sont importants et coûteux. Toutefois, pour un nettoyage estimé à moins de 1000$, il est suggéré de ne pas réclamer. Beaucoup de gens ont des franchises à 300$ ou 500$ en assurance habitation; et s’ils réclament, ils traineront un dossier de sinistre habitation pour les 6 prochaines années, ce qui fera monter leurs primes d’assurance.

Et pourquoi pas une murale?
Si, après toutes vos démarches, vous devez faire face à une épuisante récurrence du problème, songez à faire réaliser une murale par des artistes locaux. Cette mesure est plus coûteuse que les autres, mais elle est très efficace et peut même embellir la propriété!

Remerciements à Robert Lecours, inspecteur du domaine public, section graffitis, à la Ville de Montréal, pour sa contribution à cette capsule-conseils.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.