L’entrepreneur redescend du toit. Son verdict tombe. Vos bras aussi! Il vous annonce que la cheminée menace de s’effondrer tant sa maçonnerie est détériorée. Tout est à refaire. Grosse facture en vue pour des travaux qui ne sautaient aux yeux de personne... Qui plus est, vous n’avez ni la hardiesse ni la forme physique requises pour grimper et en avoir le cœur net.

En pareil cas, auriez-vous le réflexe de confier à votre appareil photo numérique le mandat d’aller y jeter un oeil à votre place par l’entremise de cet entrepreneur? Une image ne vaut-elle pas mille mots? Et qui oserait blâmer qui que ce soit d’agir en consommateur averti et de vouloir voir pour croire?

Des « radiographies » de la maison
Une photo en a souvent long à dire. Elle rapporte tout. Objectivement. Incluant les détails pouvant sembler les plus futiles à un profane. Ce complément d’information élimine le risque de confusion attribuable à une description imprécise ainsi que la barrière terminologique.

Évidemment, l’idéal est de prendre des photos pendant les périodes de construction et de rénovation d’une maison, afin de faciliter les travaux subséquents. Pour un proprio bricoleur, un entrepreneur ou un architecte, ces images informatisées et précieusement stockées s’avéreront d’une aussi grande utilité qu’une radiographie peut l’être à un médecin. Avec ces photos, nul besoin de tout briser pour voir derrière un revêtement. Et contrairement aux instruments de détection qui laissent souvent un peu perplexes, elles ne tromperont personne.

Les photos peuvent donc servir dans plusieurs situations – même pour les activités courantes. À titre d’exemple, des gens tentent souvent de localiser un élément de charpente à l’aveuglette au moyen d’un clou ou d’une vis, afin d’y ancrer solidement une tablette ou un quelconque accessoire. Par voie de conséquence, plombiers et électriciens doivent rappliquer en toute urgence après qu’une conduite d’eau ou un fil électrique ait été pris d’assaut… Bref, il n’y a pas de prix pour les images captées en cours de chantier, alors que les cavités des murs ou planchers sont béantes.

D’autre part, le traitement numérique des images permet leur transfert par courrier électronique. Une option particulièrement intéressante lorsqu’il s’agit de discuter d’un projet ou d’exposer un problème à distance. Les conseillers en habitation de CAA-Québec sont régulièrement à même d’en apprécier les bienfaits.

L’inventaire visuel
Autre application pratico-pratique de l’appareil photo : l’inventaire de vos biens. Là encore, l’image peut valoir son pesant d’or, notamment au moment de soumettre une réclamation à son assureur à la suite d’un cambriolage ou d’un incendie.

Clic dans les placards et les armoires de cuisine. Clic sur les étagères, les meubles et les équipements de chacune des pièces, sans oublier le garage. Plan rapproché sur les objets de grande valeur. Flash sur les collections. En très peu de temps, c’est toute la maison jusque dans ses moindres recoins qui peut être passée en revue.

Entreposé sur disque optique numérique (CD ou DVD), clé USB ou bande vidéo, cet aide-mémoire visuel diminue le risque d’oubli en cas de sinistre en plus de constituer un élément de preuve non négligeable. Un conseil : conservez-le à l’extérieur de la maison avec les autres documents sur vos possessions (liste exhaustive des biens et meubles et leur valeur de remplacement, évaluation des objets de grande valeur, etc.).

À l’évidence, il y a beaucoup à gagner à mettre la maison en vedette dans votre répertoire photos…



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.