Le sous-sol n’est plus ce qu’il était! De nos jours, on en fait un espace de vie agréable et confortable. Bureau, salle de jeu, cinéma-maison… quelle que soit la vocation qu’on lui donne, il faut s’assurer que l’environnement y est sain.

Des caractéristiques à garder en tête

Le sous-sol présente des caractéristiques qui exposent ses occupants à certains problèmes, comme la présence de moisissure, de monoxyde de carbone, de composés organiques volatils, de radon.

Caractéristiques du sous-sol Effets
Aération naturelle limitée et souvent absence d’échangeur d’air Humidité et air vicié
Enfoui totalement ou en partie Sujet aux infiltrations d’eau ou de gaz souterrains
Partie la plus basse du bâtiment Risques d’inondations, de refoulement d’égout, etc.
Lieu de contrôle habituel des différents services (eau, égout, électricité, gaz, système de sécurité, etc.) Proximité de dispositifs et de substances potentiellement dangereux
Fenestration de faibles dimensions Pauvre en éclairage naturel

Les moisissures, jamais inoffensives

Les moisissures sont des champignons microscopiques qui poussent sur les matières humides. Elles sont noires, blanches ou d'une autre couleur, et peuvent sentir le moisi ou la terre. Pour se développer, elles ont besoin d'humidité et d'une matière sur laquelle elles peuvent vivre, comme le bois, le papier, les tapis, etc. Elles prolifèrent dans les endroits où l’on retrouve

  • de la condensation d’eau sur les surfaces, à cause d’un excès d’humidité, d’un manque de ventilation ou d’une trop basse température;
  • des infiltrations d’eau liées à des fuites du toit ou de la plomberie, à un manque d’étanchéité du revêtement extérieur, à des fissures des fondations ou à une inondation.

Ces conditions sont fréquemment observées dans un sous-sol.

Les moisissures libèrent dans l’air des « spores » que toute la maisonnée peut respirer. Conséquences : des problèmes de santé comme

  • de l’irritation des yeux, du nez et de la gorge;
  • une toux et des mucosités;
  • une respiration sifflante;
  • de l’essoufflement;
  • des symptômes d’asthme et des réactions allergiques.


Le monoxyde de carbone : un ennemi sournois

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz toxique invisible et inodore qui n’irrite pas la gorge. Impossible de détecter sa présence. Mais même s’il est « silencieux », il peut être mortel.

Le CO s’accumule rapidement dans le sang et nuit à la capacité de ce dernier d’oxygéner l’organisme. Plus nous y sommes exposés, plus le CO fait des dommages :

  • Exposition légère : symptômes semblables à ceux de la grippe, tels que mal de tête, écoulement nasal, irritation des yeux, etc.
  • Exposition moyenne : somnolence, étourdissements, vomissements, sentiment de désorientation et de confusion.
  • Exposition extrême : évanouissement, lésions cérébrales, mort.

Le monoxyde de carbone se dégage lors de la combustion incomplète de matières organiques ou lorsqu’un appareil (p. ex. chauffage ou génératrice) ou un véhicule brûle un combustible comme de l’essence, du gaz propane ou naturel, du bois, du mazout, etc. C’est pourquoi il faut installer un avertisseur de monoxyde de carbone dûment homologué lorsque la maison est équipée d’un appareil à combustion ou d’un garage attenant où des véhicules sont mis en marche. Attention! Les avertisseurs de fumée ne se déclenchent pas en présence de CO, même en forte concentration.

 

Composés organiques volatils (COV) : de la pollution chez soi

Les composés organiques volatils (COV) sont des produits chimiques libérés dans l’air intérieur des résidences. Ils affectent la qualité de cet air et, conséquemment, la santé des occupants qui le respirent, notamment dans un espace mal ventilé comme c’est souvent le cas au sous-sol.

Fumée de cigarette, peinture, vernis, colle, revêtements de sol, nettoyants et assainisseurs d’air, mobilier, gaz de combustion qui s’échappent de nos installations de chauffage et des véhicules, dans le garage : les sources de COV sont légion! Leurs conséquences les plus fréquentes sur la santé? Irritations, allergies, troubles du système nerveux central.

Selon un document de la SCHL, les polluants chimiques peuvent provoquer :

  • des réactions aigües généralement causées par une exposition accidentelle à court et à moyen termes;
  • des réactions chroniques liées à une exposition prolongée à des substances en faible concentration.

Climat rigoureux oblige, nos maisons bénéficient d’une meilleure étanchéité et emprisonnent une plus grande quantité d’humidité et de contaminants potentiellement nocifs pour la santé. Voilà pourquoi un système de ventilation mécanique à débit contrôlé, c’est-à-dire un échangeur d’air assurant le remplacement complet de l’air toutes les trois heures, est nécessaire dans les habitations neuves. Une autre bonne mesure : rechercher des produits verts, exempts de substances chimiques.

 

Le radon, un gaz radioactif

Croyez-le ou non, nos maisons peuvent contenir des gaz radioactifs, comme le radon, produit par la désintégration naturelle de l’uranium contenu dans la croûte terrestre. Incolore et inodore, il peut s’accumuler en fortes concentrations dans un milieu fermé comme un sous-sol.

Une maison peut agir comme un aspirateur à gaz souterrains. Le radon peut s'infiltrer dans une maison par toute ouverture en contact avec le sol : fissures dans les fondations et les dalles de plancher, joints de construction, ouvertures autour des branchements et des colonnes de soutien, avaloirs de sol et puisards, alimentation en eau… Dès lors, il représente un grand danger pour la santé, surtout si l’exposition est prolongée et davantage encore si un fumeur y est exposé.

Un fumeur exposé à des concentrations élevées de radon accroît en effet de façon notable le risque de développer un cancer du poumon :

  • En moyenne, 16 % des cancers du poumon au Canada sont attribuables à l'exposition au radon.
  • C'est la seconde cause de cancer du poumon après le tabagisme.

La seule façon de savoir si vous avez un problème de radon dans votre maison est d'en mesurer la concentration. C’est simple et très peu coûteux!

Pour en savoir plus :

  • consulter notre dossier complet sur le sujet : Du radon dans la maison?
  • communiquer avec un expert en habitation de CAA-Québec, au 514 861-6162 ou 1 888 627-6666

Si vous choisissez d’aménager des pièces à vivre au sous-sol, gardez en tête que divers autres facteurs peuvent affecter votre bien-être et celui de la maisonnée. Par exemple, l’accessibilité des issues de secours, le bon état de fonctionnement des avertisseurs de fumée, l’intensité des champs électromagnétiques, largement tributaire de la concentration d’appareils électronique et de la qualité de vos installations électriques, et l’isolation acoustique. Un bon tour de piste de l’ensemble de ces éléments devrait vous permettre de profiter pleinement de cet espace supplémentaire.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.