Les fenêtres sont en grande partie responsables des pertes de chaleur d’une habitation. C’est ce qui s’appelle, au sens propre, jeter son argent par les fenêtres! Aussi est-il essentiel d’exiger des informations pointues sur leur performance éconergétique lorsque vient le temps de les remplacer. La cote RE et l’homologation Energy Star®, qui tiennent compte de l’ensemble du produit et non seulement de l’un ou l’autre de ses composants, sont deux guides précieux pour faire un choix éclairé.

Cote de rendement énergétique
La cote RE (« rendement énergétique ») mesure la performance globale d’une fenêtre, c’est-à-dire sa capacité à :

  • permettre un gain de chaleur par le rayonnement solaire hivernal;
  • prévenir les pertes thermiques à travers le cadre, l’intercalaire, qui sépare les plaques de verre, et le verre lui-même;
  • contenir les pertes de chaleur par les fuites d’air.

C’est la mesure pondérée de ces différents facteurs de performance qui permet d’établir la cote de rendement d’une fenêtre sur une échelle allant de 0 à 50. Plus la cote RE est élevée, meilleur sera le rendement énergétique du produit. La méthode de calcul est définie par l’Association canadienne de normalisation (CSA).

On peut considérer qu’une fenêtre qui présente un bon indice RE est par le fait même mieux conçue et fabriquée. Elle offrira donc plus de confort, une meilleure insonorisation et sera moins sujette à la formation de condensation.

Energy Star® : pour quelle zone?
Energy Star® est un symbole international qui permet au consommateur d’identifier rapidement des produits performants en matière d’efficacité énergétique. La cote RE est utilisée dans le processus d’homologation Energy Star®des fenêtres, qui est aussi basé sur des essais menés par un laboratoire accrédité indépendant.

Souvenez-vous toutefois qu’il faut plus qu’une étiquette arborant le logo étoilé pour vous assurer un rendement supérieur. En effet, la fenêtre doit avoir été reconnue performante pour la zone climatique où elle sera installée. C’est primordial!

Il faut savoir qu’aux fins de la certification Energy Star®, le territoire canadien a été découpé en quatre zones climatiques, sur la base des températures moyennes annuelles. La zone A est la plus tempérée, la zone D, la plus froide. Au Québec, on ne retrouve que les zones B, C et D pour lesquelles l'indice RE minimal requis pour la plupart des fenêtres s'établit respectivement à 25, 29 et 34.



Source de l’illustration : Hydro Québec

Un conseil : si votre demeure se situe à la limite de deux zones climatiques ou que vous souhaitez maximiser l’efficacité énergétique de vos fenêtres, n’hésitez pas à opter pour un produit homologué pour une zone plus froide.

 

Réduire la condensation sur les fenêtres
Les portes, fenêtres et puits de lumière non éconergétiques se couvrent souvent de condensation ou de givre, même lorsque le taux d’humidité est raisonnable. En plus d’obstruer la vue, cette condensation peut entraîner la formation de moisissure sur les cadres et les châssis ou peut endommager l’isolant et le bois dans les murs.

Un produit homologué ENERGY STAR tolère un taux d’humidité plus élevé avant que ne se forme de la condensation. Il pourrait aussi vous permettre de chauffer moins sans nuire à votre confort. Étant donné que les taux d’humidité sont plus élevés dans les salles de bains et les cuisines, songez à installer dans ces pièces un produit homologué pour une zone plus froide, afin de mieux prévenir la condensation. Le tableau ci-dessous indique les températures auxquelles les problèmes de condensation peuvent se produire.

Taux d'humidité maximum avant la formation de condensation

 

Température extérieureFenêtre ordinaire Fenêtre à haut rendement
0 °C40 %50 %
–10 °C 30 %40 %
–20 °C20 %30 %
–30 °C 15 % 25 %
–40 °C10 %20 %

Si le taux d’humidité est trop élevé dans la maison, essayez de le diminuer par les moyens suivants :

  1. arrêtez l'humidificateur du générateur d'air chaud;
  2. assurez-vous que la sécheuse et les ventilateurs de la salle de bains et de la cuisine évacuent bien l’air à l’extérieur;
  3. réduisez le nombre de plantes dans la maison;
  4. conservez le bois de chauffage à l'extérieur.

Si la maison est dotée d’un système de ventilation mécanique (VRC), assurez-vous qu’il est en marche et qu’il fonctionne adéquatement. Certaines maisons très étanches à l’air ne sont pas dotées d’un tel système. Si un taux d’humidité élevé s’avère un problème chronique dans votre maison, envisagez l’installation d’un VRC.

Un mot sur la condensation sur l’extérieur des fenêtres

De la condensation pourrait se former momentanément sur la surface extérieure des fenêtres et des portes éconergétiques. Cette condensation se produit habituellement au cours des fraîches matinées du printemps et de l’automne, juste avant le lever du soleil, quand il y a peu ou pas de vent. Étant donné que le vitrage réduit les pertes de chaleur, sa surface extérieure se refroidit suffisamment pour atteindre le point de rosée, ce qui cause la condensation. Cette condensation se dissipe rapidement après le lever du soleil. Si elle persiste et apparaît sous la forme d’un cercle au milieu du vitrage ou entre les parois de verre, le vitrage pourrait devoir être remplacé.

Infos condensation : adapté de Ressources naturelles Canada, archives



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.