Habitation - Trucs et conseils - Climatiser sa résidence sans trop de frais

Lorsque le printemps tire à sa fin, les plus prévoyants reluquent déjà du côté des climatiseurs pour affronter les grosses chaleurs de l'été. Mais est-ce vraiment le seul et unique moyen à envisager? Chose certaine, votre facture d’électricité risque d’écoper lourdement si vous confiez à un climatiseur toute la tâche de rafraîchir votre maison.

Empêcher la chaleur de pénétrer
Avant de courir au magasin choisir un climatiseur, voyez d’abord comment votre maison laisse pénétrer la chaleur. Des mesures alternatives, dites passives, pourraient bien améliorer la situation et vous procurer le confort tant recherché.

Les revêtements extérieurs – Les couleurs foncées absorbent les rayons du soleil. En fait, jusqu’au tiers de la chaleur captée par un bâtiment peut être transférée à l’intérieur par conduction.

Conseils : Si vous envisagez de refaire votre toiture, changer ou repeindre le revêtement des murs extérieurs, optez pour des couleurs pâles. Elles réfléchissent une large portion de la chaleur indésirable. Et si vous avez le pouce vert, vous pouvez toujours envisager le toit végétalisé ou le jardin vertical (mur vert), car ils constituent des écrans solaires très efficaces.

Les fenêtres – Elles peuvent transformer votre maison en véritable four, particulièrement celles qui sont orientées sud et sud-ouest, car elles sont responsables d’environ 40 % du réchauffement de votre maison par le soleil.

Conseils :

  • Installez des stores ou des rideaux opaques, de couleur pâle, le plus près possible du vitrage.
  • Optez pour des fenêtres comportant un vitrage isolant doté d’une pellicule à faible émissivité agissant comme un bouclier face aux chauds rayons du soleil d’été.
  • Installez des pellicules pare-soleil dans vos fenêtres. Elles peuvent diminuer jusqu’à 75 % l’induction de chaleur et bloquer la quasi-totalité des rayons ultraviolets responsables de la décoloration des meubles et des recouvrements.
  • Créez de l’ombrage en garnissant vos fenêtres d’auvents ou de persiennes.
  • Plantez des feuillus qui poussent très haut, car l’angle du soleil est à son zénith l’été.
  • Prolongez, si possible, les débords de toit.

L’isolation thermique – Une maison mal isolée est tout aussi inconfortable et énergivore l’hiver que l’été. Y remédier aura un effet bénéfique sur votre portefeuille quel que soit le mois de l’année.

Conseils : Ajoutez de l’isolant dans l’entretoit et assurez-vous que la ventilation y est adéquate. Plus du tiers de la chaleur pénètre par la toiture.

Le béton et l’asphalte – Couramment utilisés pour couvrir les allées d’autos, les balcons et les entrées ainsi que dans les aménagements paysagers, ces matériaux s’avèrent de véritables radiateurs à ciel ouvert sous l’effet du soleil.

Conseils : Si vous planifiez un nouvel aménagement paysager, évitez d’utiliser le béton ou l’asphalte sur les façades directement exposées au soleil. Optez pour des matériaux qui absorbent moins la chaleur rayonnante et intégrez à votre aménagement des îlots de verdure et des platebandes. Vous pouvez aussi installer des auvents, des haies d’arbustes ou d’autres éléments architecturaux susceptibles de projeter une ombre bienfaisante aux endroits critiques.

La ventilation naturelle – Une bonne circulation d’air procure une sensation de fraîcheur en tout temps, en plus de permettre l’évacuation de la chaleur vers l’extérieur.

Conseils :

  • Privilégiez les fenêtres à battants, elles ont l’avantage d’attraper l’air au passage et de le faire pénétrer dans la maison.
  • Installez aux endroits stratégiques des treillis ornés de vignes ou des haies d’arbustes pour faire bifurquer la brise vers les ouvertures de votre maison.
  • Ouvrez toutes grandes les portes et les fenêtres du côté venteux et un peu moins celles de la face opposée. Laissez les portes intérieures pleinement ouvertes.
  • S’il n’y a aucun vent, forcez l’air du bas à monter vers le haut. Ouvrez les fenêtres du sous-sol, où l’air y est habituellement plus frais ainsi que celles de l’étage, où il fait généralement plus chaud. Pendant les heures d’ensoleillement, tirez les stores et les rideaux. Puis, le soir venu, ouvrez à nouveau la maison pour y emmagasiner l’air frais.

Les appareils générateurs de chaleur – Ils sont partout dans la maison, mais on peut facilement limiter leur utilisation en période de canicule.

Conseils :

  • Le mot d’ordre pour l’utilisation de la cuisinière, du lave-vaisselle et du sèche-linge en période de canicule : minimum. Pourquoi ne pas attendre en soirée pour les faire fonctionner, alors que l’air sera déjà plus frais dans la maison? Par ailleurs, étendre le linge dehors pour le faire sécher constitue une solution intéressante.
  • La cuisson au micro-ondes ou au barbecue a l’avantage de ne pas surchauffer l’intérieur et de changer un peu le menu.
  • Les ampoules fluocompactes génèrent 90 % moins de chaleur que les ampoules incandescentes. Tout de même, n’oubliez pas de les éteindre quand elles ne servent pas!
  • Une voiture qui vient de rouler des kilomètres réchauffera rapidement votre garage et, par voie de conséquence, votre maison si elle est située directement au-dessus du garage.
  • La chaleur émanant du chauffe-eau et de la salle de lavage devrait être bloquée afin d’éviter qu’elle se propage au reste de la maison.

Pour ne pas manquer d’air
Lorsque les méthodes passives ne suffisent pas à assurer votre confort, passez rapidement à l’étape suivante : le brassage assisté de l’air!

Les ventilateurs de plafond – Les ventilateurs ne refroidissent pas la pièce, mais ils produisent un déplacement d’air qui donne une agréable impression de brise rafraîchissante. En été, les pales d’un ventilateur de plafond doivent tourner de manière à diriger l’air vers le bas. Ils seront plus efficaces s’ils sont installés à 2 ou 3 mètres du sol (7 ou 9 pieds). De plus, leur coût en énergie est minimal : seulement 0,08 $ à 1,50 $ par mois, contrairement au climatiseur, qui fera grimper votre facture de 6,75 $ à 40,50 $ pour la même période.

Les ventilateurs portatifs – Tout aussi économiques que les ventilateurs de plafond, ils sont offerts dans une variété de modèles portatifs. Un truc par grande chaleur : déposez un bac d’eau rempli de glaçons devant votre ventilateur. Vous aurez de l’air frais à peu de frais!

Les extracteurs d’air – Ventilateur de salle de bain et hotte de cuisinière peuvent faire des merveilles pour évacuer l’humidité et l’air vicié, notamment quand le système de climatisation fonctionne et que les portes et fenêtres sont fermées.

Les déshumidificateurs portables – Le taux d’humidité relative de l’air ambiant est probablement le facteur d’inconfort le plus désagréable. Le déshumidificateur portable peut donc s’avérer un allié intéressant pour améliorer votre confort. Son usage se limite toutefois à une seule pièce qui doit être coupée du reste de la maison et de l’extérieur – où l’air est habituellement aussi humide qu’à l’intérieur, en été.

Aux grands maux, les grands moyens : le climatiseur
La chaleur s’installe, l’air ne bouge plus, l’insomnie vous gagne… Soudainement, le coût d’un climatiseur ne vous semble plus aussi élevé. Mais attention, les prix de ces générateurs d’air frais varient autant que leurs dépenses d’énergie. Voici donc quelques conseils pratiques pour éviter d’avoir des bouffées de chaleur au moment de payer votre facture d’électricité.

Lisez l’étiquette ÉnerGuide – Elle vous renseigne sur le rendement de l’appareil. Plus la cote SEER (ratio d’efficacité énergétique saisonnier) est élevée, plus la consommation d’énergie sera faible.

Recherchez le symbole Energy Star – Les produits ainsi homologués peuvent vous faire économiser près de 15 % en énergie. Ils doivent nécessairement afficher un SEER d’au moins 14, mais sachez qu’il existe des climatiseurs avec un SEER de 21! Considérez aussi l’achat d’un thermostat programmable Energy Star pour maintenir une température constante et économiser de l’énergie.

Vérifiez les dimensions et la puissance – Cela vous étonnera peut-être, mais un petit appareil qui fonctionne plus longtemps sera plus efficace qu’un climatiseur trop puissant qui arrête et redémarre souvent. Ainsi, un climatiseur aux bonnes dimensions vous permettra de maintenir un taux d’humidité relative de 30 à 50 %, améliorant du même coup la qualité de l’air et votre confort.

Offrez-lui de bonnes conditions de travail – Évitez de placer le téléviseur ou des lampes à proximité du thermostat : la chaleur déclencherait le climatiseur inutilement. Réglez le thermostat à 24 °C. Chaque degré en dessous demande un surplus d’énergie de l’ordre de 3 à 5 %. Faites un nettoyage mensuel du filtre et remplacez-le au besoin. Vous diminuerez ainsi votre consommation d’énergie de 5 à 15 %.

Installez le compresseur loin du soleil ardent – Idéalement, placez-le sur le côté nord ou est de la maison ou procurez-lui de l’ombrage au moyen d’un arbuste ou d’un écran. Assurez-vous toutefois de ne pas nuire à la circulation de l’air nécessaire à son bon fonctionnement.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.