Vous appréciez une bonne flambée lors des froides journées d’hiver. Mais vous êtes préoccupé par la pollution que crée la fumée. Saviez-vous que bien choisir votre bois de chauffage peut faire une différence?

Éviter la pollution

Le chauffage au bois résidentiel est souvent pointé du doigt lors des épisodes de smog hivernaux. La fumée de bois contient en effet plusieurs contaminants, dont les particules fines, qui composent en grande partie le smog. Des normes plus sévères ont permis de réduire considérablement ces émissions: les appareils à haut rendement actuels émettent 10 fois moins de particules que les anciens. Pour en savoir plus, lisez nos précisions à la fin de ce texte ainsi que notre capsule-conseils Chauffage au bois et pollution de l’air.

Votre poêle ou votre foyer répond aux normes? C’est excellent. Mais pour qu’il fonctionne bien et remplisse son objectif de réduction de la pollution, vous devez aussi:

  • sélectionner des essences de bois performantes;
  • utiliser du bois sec et propre;
  • contrôler la combustion.

Sélectionner les essences de bois

Les bois durs et denses comme l’érable et le chêne ont une bonne valeur calorifique. Ils produisent des feux et de la braise qui durent longtemps. Ils permettent ainsi aux poêles et foyers d’offrir leur plein rendement. Voici certaines de ces essences de bois:

Valeur calorifique par corde (en millions de BTU)

Orme liège32
Caryer (hickory) et chêne rouge28
Érable à sucre28
Hêtre et bouleau jaune (merisier)25
Frêne (utilisation locale) et orme rouge24

Certains bois moins performants au plan énergétique peuvent cependant constituer d’excellents bois de chauffage au printemps et à l’automne. Ils facilitent le contrôle de la chaleur et n’ont pas tendance à surchauffer la maison. En voici quelques-uns:

Valeur calorifique par corde (en millions de BTU)

Érable rouge et bouleau blanc  23
Érable argenté21
Peuplier et tilleul18

Quant aux bois résineux comme le sapin et l’épinette, ils sont à éviter. Leur pouvoir calorifique est faible et leur combustion produit d’importants dépôts de créosote dans la cheminée.

Utiliser du bois sec

Le bois de chauffage ne doit pas renfermer plus de 20% d’humidité. C’est une condition essentielle. Sinon, les appareils à haut rendement n’arrivent pas à offrir la combustion à faible émission de particules fines pour laquelle ils ont été conçus. En effet, l’eau contenue dans le bois ralentit la combustion et favorise la production de fumée et de créosote, en plus de tacher la porte en vitrocéramique.

Comment obtenir du bois sec? Il doit être coupé et fendu l’hiver (alors qu’il n’y a pas de sève), et correctement entreposé durant tout l’été. C’est-à-dire qu’il doit être cordé dehors, à l’abri de la pluie, en rangées séparées et assez espacées pour permettre à l’air de circuler. Il ne doit pas reposer directement au sol.

Pour une bonne combustion, le diamètre des bûches ne devrait pas excéder 15 cm (6 po) et leur longueur devrait être de 35 à 40 cm (14 à 16 po).

Il est par ailleurs préférable d’entreposer seulement de petites quantités de bois à l’intérieur de la résidence, afin de prévenir l’excès d’humidité. Informez-vous aussi auprès de votre assureur: il pourrait avoir des restrictions à cet égard. De plus, vous ne devriez pas déposer une grande quantité de bois de chauffage sur un balcon. En effet, le poids d’un cordon de bois, soit le tiers d’une corde (4 pi x 8 pi x 14-16 po), est d’environ 680 kg (1500 lb).

Comment reconnaître le bois sec? Les bûches sèches sont plus fendillées, légères et foncées; lorsque vous les cognez l’une contre l’autre, elles sonnent creux.

Il est possible également d’utiliser des bûches de bois densifié dans un appareil à haut rendement. Étant donné le pouvoir calorifique de ces produits, il faut prendre garde de ne pas trop surcharger l’appareil. Lisez notre capsule-conseils à ce sujet: Bûches écolos: attention à la surchauffe de votre appareil.

Entretenir l’appareil et la cheminée

Les objectifs de combustion propre dépendent aussi d’un entretien régulier de l’appareil et de la cheminée. Un contrat d’entretien annuel avec un professionnel permet également de limiter le risque d’incendie lié à l’accumulation de créosote dans le conduit de cheminée.

Pour en savoir plus: Ramonage de cheminée: plus qu’une simple affaire de brossage

Quelques précisions sur les appareils de chauffage au bois

Appareils certifiés CSA B415 ou EPA

Depuis 2009, la fabrication, la vente et la distribution d’appareils de chauffage au bois qui ne sont pas conformes aux normes environnementales de l’Association canadienne de normalisation (CSA B415) ou de l’United States Environmental Protection Agency (EPA) sont interdites au Québec. Consultez à ce sujet le Règlement sur les appareils de chauffage du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec.

Le cas de Montréal

La ville de Montréal a, dans un premier temps, interdit l’utilisation d’appareils de chauffage à combustible solide sur son territoire. Elle est revenue sur sa décision et a annoncé son intention d’accepter, dès le 1er octobre 2018, les appareils à haut rendement qui n’émettent pas plus de 2,5 grammes de particules fines par heure, ce qui correspond à la future norme EPA prévue pour 2020. Notez que l’industrie est prête. Plusieurs appareils de chauffage au bois sur le marché atteignent déjà ce rendement. Pour en savoir plus, consultez le Règlement montréalais sur l’utilisation des poêles et foyers au bois.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.