CAA-Québec - Capsule conseil Échelles et escabeaux 101

Lorsque l’on grimpe dans une échelle ou un escabeau pour atteindre de hautes armoires, une toiture ou une gouttière, la première règle à suivre est, sans contredit, celle de la prudence. De façon concrète, cela implique de choisir un équipement bien adapté aux travaux à faire, d’en vérifier périodiquement l’intégrité fonctionnelle et de l’utiliser correctement.

 

Capacité de charge

Une échelle ou un escabeau doivent d’abord et avant tout avoir une capacité de charge appropriée à l’usage auquel ils sont destinés. C’est d’ailleurs principalement sur la base de cette caractéristique, c’est-à-dire du poids total à supporter (personne, matériaux, etc.), que ces équipements sont conçus et homologués. L’Association canadienne de normalisation (ACNOR/CSA) reconnaît trois catégories d’usage :

  • Catégorie domestique (grade 3) : pour les travaux légers et occasionnels de nettoyage ou de peinture (capacité de charge maximale de 200 lb).
  • Catégorie professionnelle (grade 2) : pour un usage modéré de la part de peintres, bricoleurs ou propriétaires (capacité maximale de 225 lb).
  • Catégorie industrielle (grade 1) : pour un service intense (capacité maximale variant entre 250 et 375 lb, selon le type).

 

Longueur

En plus de la capacité de charge, la longueur d’une échelle ou d’un escabeau est aussi un élément important. Ainsi, une longueur adéquate permet à l’utilisateur d’atteindre la hauteur voulue sans avoir à se placer sur les deux derniers échelons du dispositif. Une fois déployée, une échelle doit excéder d’au moins 3 pieds (mais jamais plus de 4) toute surface à laquelle elle permet d’accéder, par exemple une toiture. En outre, les sections d’une échelle coulissante doivent en tout temps se chevaucher minimalement sur une longueur de 3 pieds. Il importe de toujours vérifier la longueur de chevauchement requise auprès du fabricant.

 

Matériaux

Les matériaux qui composent les échelles et escabeaux possèdent des caractéristiques importantes à considérer. Les principales sont regroupées dans le tableau suivant : 

 

MatériauxQualitésDéfauts
Fibre de verre- Non conducteur d’électricité et de chaleur
- Résistance à l’humidité et à la corrosion
- Meilleur rapport résistance/poids
- Coût supérieur
Aluminium- Résistance à l’humidité et à la corrosion
- Légèreté
- Coût moyen
- Conducteur d’électricité et de chaleur
Bois- Non conducteur d’électricité et de chaleur (si sec et propre)
- Coût inférieur
- Sujet à la pourriture, au gauchissement et à l’absorption d’humidité
- Lourdeur

 

Installation

Avant de déployer une échelle ou un escabeau, il faut s’assurer que la surface d’appui est au niveau.Une échelle droite ou coulissante est correctement dressée lorsque la distance horizontale entre son pied et le plan vertical contre lequel elle est appuyée équivaut au quart de son élévation par rapport au sol, soit la distance verticale entre ses points d’appui supérieur et inférieur. Par exemple, si la distance entre le sol et le point d’appui supérieur de l’échelle contre un mur est de 12 pi, son pied devrait être déposé à 3 pi de ce mur. Une échelle doit aussi être protégée de tout mouvement et, une fois dressée, faire l’objet d’une surveillance constante au sol. Un escabeau doit être placé de manière à permettre à l’utilisateur de travailler devant lui et non au-dessus de sa tête ou, pire, vers l’arrière. Les montants de l’escabeau doivent être complètement écartés afin d’assurer sa stabilité.

 

Utilisation et sécurité

Pour éviter les blessures et les accidents, il faut respecter certaines règles de sécurité. Règle numéro 1 : avant de déployer une échelle ou un escabeau, il est capital de vérifier s’il y a des fils électriques à proximité. Le cas échéant, Hydro-Québec recommande de ne jamais se tenir à moins de trois mètres de ceux-ci. Si le travail envisagé requiert plus d’une heure, il est suggéré d’utiliser un échafaudage ou une nacelle plutôt qu’une échelle ou un escabeau. Aussi, durant un orage ou par grands vents, il est contre-indiqué de grimper dans une échelle.Avant de s’engager dans une échelle ou un escabeau, il faut s’assurer que ses mains et ses chaussures, de même que les échelons ou les marches sont libres de toute glace, boue ou substance huileuse ou graisseuse. Il est aussi préférable de porter des chaussures à semelles rigides et antidérapantes.Les positions précaires qui placent le poids du corps à l’extérieur d’un des montants sont à éviter. L’utilisateur doit ainsi demeurer au centre des montants d’un escabeau ou d’une échelle. Les torsions, étirements et flexions augmentent considérablement le risque de chute. De plus, en montant ou en descendant un escabeau ou une échelle, l’utilisateur doit conserver trois points de contact avec ceux-ci, soit une main et deux pieds ou deux mains et un pied. Pour respecter cette pratique, outils et matériaux doivent être transportés au moyen d’une ceinture porte-outils ou d’un câble. Enfin, il importe de se rappeler que l’inspection et l’entretien périodiques sont les meilleurs gages de fiabilité de tout équipement. Aussi ne faut-il pas négliger de nettoyer régulièrement un escabeau ou une échelle. Il faut lubrifier les éléments mobiles, vérifier la solidité des échelons et marches ainsi que la condition des sabots antidérapants et des crampons. En cas de bris, il est préférable de consulter un détaillant autorisé, car une pièce mal installée s’avérera tout aussi dangereuse qu’une pièce usée ou brisée!

 

Sources :
L’utilisation sécuritaire des échelles en trois points de la compagnie Featherlite
American Ladders Institute www.americanladderinstitute.org