En voyage, certaines situations, indépendantes de votre volonté, peuvent survenir et vous coûter très cher, entre autres, les catastrophes naturelles (ouragans, tempêtes tropicales, tremblements de terre, etc.). Si un cas de force majeure survenait avant ou pendant votre voyage, sauriez-vous quoi faire? Et qui paierait pour vous ramener au pays ou pour votre voyage perdu?

Voici quelques questions à vous poser ou à poser à votre assureur, avant chaque voyage… pour partir l’esprit en paix et le portefeuille bien assuré!

Avant votre voyage

Puis-je prévoir l’imprévisible?

Bien sûr, la réponse est non, mais si possible, avant de réserver un voyage, prenez l’habitude de vérifier si tout est en ordre dans le pays que vous souhaitez visiter. Si par exemple, le gouvernement canadien émet un avertissement de ne pas voyager à cause d’une situation précise, peu d’assureurs vous couvriront pour annuler votre voyage, puisque la situation qui pourrait vous empêcher d’effectuer votre voyage ou de l’écourter est connue avant l’achat de celui-ci. Certains assureurs iront même jusqu’à refuser de couvrir vos soins médicaux requis à destination, surtout s’ils sont en lien avec la situation causant l’avertissement du gouvernement. 

Puis-je annuler mon voyage en cas de catastrophe naturelle, comme un ouragan?

Votre voyage dans les Caraïbes est réservé et payé? Bravo! Mais voilà qu’on annonce aux nouvelles une catastrophe naturelle qui touche la région que vous aviez prévu visiter… Que faire? Dans les 48h suivant l’annonce: communiquez avec votre agent de voyage pour connaître les alternatives qui s’offrent à vous; ensuite et surtout si ces dernières ne vous conviennent pas, contactez votre assureur pour ouvrir un dossier de réclamation et pour vous faire confirmer les conditions de remboursement. Si l’annulation de votre voyage est la seule alternative qui vous convient, l’assureur s’attend à ce que vous le fassiez promptement. Ce délai de 48h fait partie de la plupart des contrats d’assurance voyage.

Pendant le voyage

Mon assurance voyage paie-t-elle le prix de mes billets de retour en cas de catastrophes naturelles?

Avant de penser à réclamer, vous devez avoir pensé à prendre une bonne assurance voyage de type «tous risques» ou au minimum, avec une garantie pour interruption de voyage au moment de l’achat de votre voyage. Il peut s’agir ici d’une assurance privée ou celle offerte par votre assurance collective ou par votre carte de crédit. 

Encore une fois, si l’évènement survenu est imprévisible, fortuit et hors de votre contrôle, il y a de bonnes chances que vous soyez couverts. Toutefois, portez une attention particulière à la liste des risques inclus dans votre assurance. Vérifiez bien les exclusions ainsi que les «limitations de couverture» qui peuvent réduire les remboursements. Gardez vos factures et idéalement, payez tout ce que vous pouvez avec une carte de crédit, pour en garder des traces (frais de subsistance, hébergement, transports, repas, appels téléphoniques, internet, etc.).

Puis-je obtenir un remboursement pour les jours de voyage manqués à la suite d'une interruption?

 Il restait encore 2 semaines à votre voyage en Europe, avec plusieurs réservations «non remboursables» d’hôtels, d’excursions, etc. Si vous êtes détenteur d’une garantie interruption de voyage, il est fort possible que vous soyez indemnisés pour tous les frais encourus pour le reste du voyage que vous n’avez pas fait.

Les situations de crises sont parfois très difficiles à gérer. Soyez sûr de pouvoir joindre votre assureur facilement où que vous soyez dans le monde et que ce dernier puisse vous recommander un hôpital ou un médecin en un coup de fil, vous guider à l’ambassade ou au consulat le plus près, transmettre vos messages urgents à vos proches pour les rassurer, vous servir d’interprète au besoin… on n’est jamais trop bien préparé!

Notez que le Fonds d’indemnisation des agents de voyage peut, dans certaines situations, rembourser les coûts non couverts par les assureurs. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à un remboursement intégral et il faut que votre agence de voyages soit détentrice d’un permis de l’OPC, c’est le cas des 14 centres Voyages CAA-Québec.