Ma ville : Sofia

Ma ville : Sofia

Montréalaise d’adoption, Christina Mirtcheva nous présente sa ville natale, capitale de la Bulgarie.

Sortir fait partie de la culture bulgare – bars et restos ferment tard ! Christina Mirtcheva adore flâner rue Vitosha. « Cette artère est très fréquentée par les résidents du quartier. Si l’on marche dans les rues perpendiculaires, on peut admirer les vieilles demeures bourgeoises. Longtemps laissées à l’abandon, elles ont été joliment rénovées depuis le retour du capitalisme. » Montréalaise d’adoption, Christina retourne souvent dans sa ville d’origine, où elle renoue avec la tradition, comme le tarator, une soupe froide faite de yogourt, concombre râpé, ail, aneth et noix de Grenoble, qu’elle accompagne de rakia, une eau-de-vie bulgare. Un incontournable, les soirs de canicule…

Les Bulgares adorent le café, et dans les lieux chics on peut boire un cappuccino à fort prix. Christina recommande plutôt de ne pas avoir peur des lieux où deux ou trois tables sont dressées sous une porte de garage. « Pour l’équivalent de 50 cents, on peut avoir d’agréables surprises ! »

Rue Asparuh, Christina aime manger à la Bottega. « Le nom est italien, mais l’art de vivre y est bulgare. La meilleure table est à la fenêtre ornée de géraniums,  d'où l'on a une vue superbe sur la terrasse. » Et elle ajoute : « Si vous trouvez des poivrons rôtis et de la feta sur votre pizza, c’est bien la garantie qu’un Bulgare est aux fourneaux ! »

Propos recueillis par Josée Larivée 

Infos pratiques

Téléchargez la version tablette gratuite du magazine!

Vous y trouverez des vidéos exclusives et encore plus de contenu pertinent.

1 800 686-9243