Israël: Terre de contraste

Israël: Terre de contraste

Tous ceux qui s’y rendent en reviennent subjugués. Baigné par la Méditerranée au nord, par la mer Rouge au sud et par la mer Morte en ses terres, Israël porte l’empreinte millénaire des religions qui l’ont façonné. Mais il surprend aussi par sa gastronomie… et ses lieux branchés!

 

 

TEL-AVIV, LA MODERNE


À notre arrivée à l’aéroport international Ben-Gurion, un douanier nous accueille avec un grand sourire, nous saluant d’un chaleureux « Shalom », qui signifie à la fois bonjour… et paix !

Dans le taxi, en route vers l’hôtel, nous apercevons les rues animées, les cafés bondés de la ville. Les boutiques sont encore ouvertes à 22 heures. Devant les clubs, des jeunes font la queue, et sur la rue Ben Yehuda, les néons illuminent la nuit. Le chauffeur nous raconte un peu l’histoire de cette agglomération constituée en fait de deux villes, Tel-Aviv et Jaffa. Foyer d’accueil pour les artistes, intellectuels, urbanistes, médecins au moment où le nazisme régnait en Europe, Tel-Aviv est aujourd’hui le centre économique et culturel du pays, un lieu de haute technologie et de savoir (trois centres universitaires s’y trouvent) et la deuxième ville en importance après Jérusalem.

Au petit matin, un soleil étincelant se lève sur la Méditerranée. Nous découvrons une mer bleue et des kilomètres de sable clair qui bordent la ville jusqu’à l’ancien port de Jaffa. Des palmiers flanquent la Tayelet (promenade) où circulent vélos et joggers. On se croirait à Miami ! Dans les nombreux cafés, on déguste des spécialités locales, comme l’entrée de houmos tiède, tout en admirant la vue.

Parmi les nombreux attraits de Tel-Aviv figurent ses parcs verdoyants. Un des plus remarquables est celui d’Hayarkon, où vous pourrez aussi trouver le musée de la diaspora juive. Tout près, le secteur du Vieux-Port pullule de restos et de boutiques. Durant le week-end, il est envahi par les gens du coin qui viennent y prendre du bon temps.

Les jours de shabbat, même si certains établissements ferment du vendredi au samedi soir (suivant les préceptes de la religion juive), beaucoup de restaurants, bistros et magasins restent ouverts. Profitez-en pour manger au centre-ville, autour du parc du Yitzhak Rabin Center, dadans un restaurant typique du quartier bobo de Neve Tzedek, le plus ancien de la ville, ou dans le quartier historique de la German Colony où de nombreux chefs renommés se sont installés. Terminez la soirée en marchant dans le quartier de la « ville blanche » dont l’architecture Bauhaus a été classée au patrimoine de l’Unesco.

JAFFA (YAFO): ON REMONTE AU DÉLUGE...

À quelques kilomètres de notre hôtel, la ville de Jaffa, ou Yafo en hébreu, nous attend. C’est un des ports les plus anciens du monde, qui remonterait à au moins 3 500 ans. Une légende juive raconte même que la ville aurait été fondée par un des fils de Noé, Japhet, quarante ans après le Déluge. Ce sont les vestiges datant de l’époque où elle était un des ports les plus importants de la Méditerranée qui la rendent exceptionnelle. Étape importante pour les croisés en route vers la ville sainte, puis pour les commerçants européens, elle donne à voir les restes de l’ancienne muraille, l’église Saint-Pierre construite en 1890 sur les ruines de
la citée médiévale et, dans l’enceinte fortifiée, au détour d’une minuscule ruelle, la maison de Simon le Tanneur où l’apôtre Pierre aurait logé après avoir ramené Tabitha à la vie…

À visiter aussi, le moins mythique mais bien vivant marché aux puces (entre les rues Olei Zion et Beit Eshul) où brocantes et antiquités s’offrent aux touristes en quête de curiosités.
Pour terminer la journée, nous nous promenons sur les quais du Vieux-Port. Ses hangars ont été transformés en restaurants pour offrir le meilleur de la cuisine arabe aux promeneurs affamés. Contrairement à Tel-Aviv, Jaffa abrite une population à forte concentration arabe, et c’est un excellent choix pour les touristes qui cherchent où manger durant le shabbat.

JÉRUSALEM, LA MYSTIQUE

Nous quittons ensuite la côte pour prendre le chemin de Jérusalem, située à environ 50 kilomètres de Jaffa, à l’intérieur des terres. Lieu de pèlerinage autant pour les chrétiens que pour les juifs ou les musulmans, Jérusalem regorge de sites religieux majeurs. Mais nul besoin d’être croyant pour sentir sa magie.

La ville possède une aura très particulière qui marque le visiteur à jamais. Tant d’histoire et de vestiges sacrés concentrés au même endroit nous laissent sans voix…

Au détour d’un embranchement, nous arrivons à la VIe station du chemin de croix indiquée par une petite plaque sur les vieux murs. C’est là que Véronique aurait essuyé le visage du Christ avec un linge sur lequel s’imprimèrent ses traits ! Ceux qui le veulent peuvent suivre le chemin, station après station, jusqu’au mont Golgotha. Le lieu où le Christ fut crucifié se trouve à l’intérieur de la cathédrale du Saint-Sépulcre. En continuant sa route, on arrive au légendaire mur des Lamentations. Vestige du Temple de Jérusalem, c’est le lieu le plus sacré du judaïsme. Il est fascinant d’y voir les hommes et les femmes y prier avec passion… dans des sections bien séparées. Non loin de là, le Parc archéologique de Jérusalem abrite ce qui reste du premier et du second temple ainsi que la Cité de David. Une expérience émouvante qui nous ramène 3 000 ans en arrière, tant les ruines sont bien conservées. Incontournable aussi : la visite du musée d’Israël, où sont exposés les manuscrits de la mer Morte.

HAÏFA: LA CÔTE NORD ET LE JARDIN DES MERVEILLES

En continuant notre route vers la côte, nous arrivons à Acre, où Marco Polo débarqua il y a 800 ans. On dit que la ville n’a presque pas changé depuis. Théâtre des croisades avec ses fortifications et son port, elle avait été surnommée Saint-Jeand’Acre par les chrétiens. Les bâtiments en pierre y sont merveilleusement préservés, et la ville a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 2001.

Depuis Acre, on gagne l’autre rive où se situe le port de Haïfa. Considérée comme la capitale du nord d’Israël, elle est la troisième ville au pays pour la taille. Contrairement à ses voisines, elle abrite une impor tante communauté d’Arabes chrétiens et musulmans.
Au coeur de Haïfa, vous trouverez une des splendeurs d’Israël. Situé sur les hauteurs du mont Carmel et faisant face à la mer, se dresse un sanctuaire dédié à la religion baha’i. Les Jardins Baha’i sont si sublimes qu’on dit qu’ils constituent la huitième merveille du monde!

DÉSERT ET MER MORTE: PLUS GRANDS QUE NATURE

Nous quittons Haïfa aux aurores pour nous diriger vers le sud. Après cinq heures de route, nous arrivons à la porte du désert du Néguev. Des canyons, des montagnes arides de couleur ocre nous encerclent. Le vent nous souffle la sécheresse de l’endroit sur la peau. Aucune végétation, sauf dans les oasis. Notre premier arrêt, Ein Gedi, est un miracle dans le désert. L’eau de la source souterraine permet à de nombreux palmiers de se dresser, frondeurs, dans l’aridité environnante. Entre deux montagnes de calcaire, coule une cascade vivifiante, qui forme une petite étendue d’eau où se baigner dans cette chaleur est une vraie bénédiction.

Nous poursuivons ensuite notre route vers notre destination, la station balnéaire d’Ein Bokek, en bordure de la mer Morte. Cette curiosité géographique avec ses étonnantes plaques de sel, qui flottent comme de la glace à la surface, nous émerveille. Plusieurs hôtels de luxe offrent différents soins corporels enrichis des minéraux de la mer Morte. Sans plus tarder, nous allons nous immerger dans cette eau si saline qu’aucun organisme ne peut y vivre. L’expérience est indescriptible. Les touristes s’amusent à y lire leur journal en flottant en position assise ! D’autres s’enduisent de la fameuse boue du fond de cet te mer – vendue en sachets dans les boutiques environnantes – qui laisse la peau douce comme de la soie. À proximité, le Parc national de Massada est un lieu riche d’histoire et un symbole fort pour le peuple juif. La forteresse qui s’y trouve abrite les vestiges du palais d’Hérode le Grand, roi de Judée de 37 à 4 av. J.-C. Durant l’Empire romain, 967 rebelles juifs, appelés zélotes, s’y réfugièrent. Quand les Romains finirent par pénétrer dans l’enceinte, ils n’y trouvèrent que des cadavres. Les habitants avaient décidé de mettre fin à leurs jours plutôt que d’être asservis...

INFOS PRATIQUES

MONNAIE DU PAYS ► Le schekel. Vaut environ 35 cents canadiens. Les dollars US sont acceptés partout.

LES LANGUES PARLÉES ► Les langues officielles sont l’hébreu et l’arabe, mais on se fait comprendre en anglais un peu partout. Les juifs sépharades (venus d’Afrique du Nord) parlent parfois le français.

SHABBAT ► Du vendredi à la tombée du jour jusqu’au samedi à la tombée du jour. Beaucoup de commerces et de restaurants ferment. Aucun effort physique n’est alors déployé par les juifs pratiquants. Donc, vous n’aurez pas de cappuccino, et les ascenseurs sont programmés pour s’arrêter aux étages sans que personne ait à appuyer sur le bouton !

SÉCURITÉ ► Au moment de publier, le gouvernement du Canada n’avait pas émis d’avertissement pour Israël mais recommandait de faire preuve d’une grande prudence. Les régions à éviter : la bande de Gaza, la Cisjordanie, les régions frontières avec la Syrie, le Liban et l’Égypte. Parmi les grandes villes, Tel- Aviv est la plus sécuritaire, de jour comme de nuit. On doit être très prudent à Jérusalem.

CONSEILS VESTIMENTAIRES ► Dans les quartiers les plus religieux de la vieille ville de Jérusalem, il convient d’avoir une tenue des plus décentes. Pour les hommes et les femmes, cela veut dire être couvert des épaules jusqu’aux genoux.

COÛT DE LA VIE ► Les prix des repas au restaurant, du vin, des chambres d’hôtels et des vêtements sont comparables à ceux d’ici.

 

Par Marie-Claude Di Lillo

Téléchargez la version tablette gratuite du magazine!

Vous y trouverez des vidéos exclusives et encore plus de contenu pertinent.

1 800 686-9243