L’été, attention à la chaleur et au transport de matières dangereuses!

Chaleur dans l’habitacle : danger!

On ne le répétera jamais assez, il ne faut jamais laisser de jeunes enfants ou des animaux dans un véhicule stationné au soleil puisque les conséquences liées à une chaleur trop intense dans l’habitacle peuvent être désastreuses. Pourquoi? Dans une telle situation, le corps ne peut plus évacuer la chaleur, donc la température corporelle peut augmenter au point de générer des troubles de santé très importants, voire un arrêt cardiaque.

Il faut aussi savoir que la température du corps des enfants augmente de trois à cinq fois plus rapidement que celle des adultes. Pour ceux qui croient qu’une fenêtre légèrement entrouverte permettra d’abaisser la température de l’habitacle à un niveau acceptable, voici quelques explications qui vous convaincront que cette technique n’est pas une solution à envisager.

CAA-Québec a réalisé une expérience pour connaître la température dans un habitacle par temps chaud. Ainsi, avec une température extérieure de 22 °C, la température intérieure a atteint 50 °C entre les deux sièges avant à la hauteur de l’accoudoir central. On peut facilement imaginer que plus la température extérieure augmente, plus celle de l’intérieur suit cette courbe. Ainsi, si la température extérieure grimpe à 40,5 °C, celle de l’intérieur atteint 100 °C à la hauteur des appuie-tête des sièges avant. Il est donc illusoire de croire que le fait de laisser les vitres légèrement ouvertes est suffisant pour dissiper la chaleur.

De plus, il est bon de se rappeler que la température augmente très rapidement à l’intérieur d’un véhicule sous le soleil, et ce, même si la température extérieure demeure stable. En effet, si une petite voiture, où le climatiseur fonctionnait avant l’arrêt, est exposée au soleil à 35 °C, la température dans l’habitacle atteint 50 °C en 20 minutes et 65,5 °C en 40 minutes. Autre exemple : selon General Motors, la température intérieure d’une minifourgonnette passe de 22 °C à 46 °C en 30 minutes à une température extérieure de 24 °C.

En conclusion, même s’il est convenu qu’aucun enfant ni aucun animal ne devraient être laissés sans surveillance dans un véhicule, ces précisions devraient à elles seules permettre de bien réaliser les risques réels associés à une telle pratique.

Transporter de l’essence : prudence!

Selon la Loi sur le commerce des produits pétroliers, un produit pétrolier ne peut être transporté que dans un contenant portant l’approbation de la National Fire Protection Association, des Underwriters Laboratories of Canada ou de l’Association canadienne de normalisation (CSA). Ainsi, contrairement à ce que plusieurs personnes pensent, un contenant de lave-glace ne peut pas servir à transporter de l’essence. D’ailleurs, le préposé d’une station d’essence ne peut remplir un contenant non approuvé ou vous permettre d’en remplir un.

Lorsque vous remplissez d’essence vos contenants en métal ou en plastique alors qu’ils sont dans une boîte de camion munie d’une doublure de caisse (bed liner) ou dans un coffre de voiture garni de tapis, vous risquez de provoquer une explosion. En effet, le fait de remplir les contenants produit de l’électricité statique qui ne peut se dissiper à cause des propriétés isolantes de la doublure ou du tapis. Il suffit d’une étincelle pour faire exploser le mélange formé par l’électricité statique et les vapeurs d’essence. Pour éviter la formation d’électricité statique, placez vos contenants sur le sol pendant le remplissage.

Il est à noter que pour circuler dans les tunnels Louis-Hippolyte-La Fontaine, Ville-Marie et Viger à Montréal ou Joseph-Samson à Québec ainsi que dans la voie d’accès au tunnel de Melocheville, la capacité du contenant approuvé ne doit pas dépasser 30 litres.

De plus, il est interdit de transporter des matières dangereuses dans un véhicule routier à moins que toutes les marchandises ou tous les objets ne soient arrimés ou immobilisés au moyen de structures de capacité adéquate, de dispositifs de blocage, de renforts, de matériaux ou de sacs de fardage, de barres d’étayage, d’appareils d’arrimage ou d’une combinaison de ceux-ci. Autrement dit, les bonbonnes de propane ou les contenants d’essence approuvés doivent être solidement fixés à l’arrière du véhicule, par exemple dans le coffre.

Par ailleurs, il est bon de se rappeler qu’il est interdit de se servir de l’essence comme solvant. Donc, fini le nettoyage des pinceaux ou du plancher en ciment avec de l’essence. On comprend facilement pourquoi. C’est qu’en plus des vapeurs nocives qu’elle laisse échapper, l’essence est très explosive : 1 tasse d’essence, une fois vaporisée et enflammée, a le pouvoir détonant de 5 bâtons de dynamite. On ne prend pas de risque avec un tel pouvoir de destruction.


© Juin 2014. Tous droits réservés, CAA-Québec.


Des questions sur ce thème ou sur un autre sujet lié à l’automobile?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos services-conseils automobiles. Nos conseillers spécialisés sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit l’objet de votre question.

Pour les joindre, appelez maintenant au 1 888 471-2424 ou envoyez-nous un courriel à automobile@caaquebec.com.