Nul besoin de regarder les bulletins météo pour remarquer quand la température chute! Et pour des raisons de sécurité, nul besoin d’attendre le 15 décembre pour faire installer vos pneus d’hiver.

Les pneus d'hiver n’assurent pas seulement une bonne traction sur la neige et la glace; ils font aussi en sorte que le véhicule freine efficacement, demeure stable lors du freinage et conserve sa trajectoire en virage.

Toutefois, en raison du grand nombre de pneus présents sur le marché, les choisir n’est pas simple. Voici quelques points de repère pour vous guider.

Important : il vous faudra quatre pneus identiques pour pouvoir bénéficier de leurs avantages.

Pas n’importe lesquels
Pour bien choisir des pneus d’hiver, il faut poser des questions et surtout répondre à des questions sur place, c’est-à-dire chez les détaillants de pneus. Choisissez-les en fonction des conditions que vous rencontrez le plus souvent. Considérez aussi les facteurs suivants :

  • Sur quelle surface voulez-vous que vos pneus soient les plus performants, la neige ou la glace?
  • Favorisez-vous les performances sur l’asphalte ou la traction sur une surface glissante?
  • Êtes-vous prêt à endurer des pneus un peu bruyants pour avoir une meilleure adhérence?
  • Avez-vous besoin de pneus à crampons? Autrement dit, roulez-vous régulièrement en région, en terrain montagneux, sur des routes moins fréquentées ou peu entretenues?
  • Quel est votre style de conduite?
  • Combien parcourez-vous de kilomètres en hiver et sur quelle surface principalement?
  • Tirez-vous une remorque pour motoneige?

Faites part de vos besoins au vendeur, qui devrait être en mesure de vous offrir au moins deux choix de pneus. Généralement, le prix est un bon indice de la qualité et du rendement. Informez-vous s’il y a des rabais du fabricant qui seraient disponibles.

Par ailleurs, n’achetez pas les yeux fermés un modèle de pneu que vous recommande un ami : ce choix pourrait ne pas convenir à votre voiture en raison de la géométrie de la suspension ou du poids de votre véhicule.

Le pictogramme obligatoire

Le Code de la sécurité routière prévoit ce qui suit :
« Au cours de la période du 15 décembre au 15 mars, le propriétaire d'un taxi ou d'un véhicule de promenade immatriculé au Québec ne peut mettre en circulation ce véhicule, à moins qu'il ne soit muni de pneus conçus spécifiquement pour la conduite hivernale selon les normes prévues par règlement du gouvernement. Cette interdiction s'applique également à quiconque offre en location au Québec un véhicule de promenade qui n'est pas muni de ce type de pneu. »

De plus, tous les pneus des véhicules de promenade, y compris les camionnettes pleine grandeur, doivent arborer le pictogramme de la montagne surplombée du flocon.

Il est obligatoire depuis le 15 décembre 2014 sur tous les pneus d'hiver installés sur un véhicule de promenade immatriculé au Québec.

Dans les coulisses du pneu

Trois éléments déterminent le coefficient de friction entre le pneu et la chaussée : la construction du pneu, le dessin de la semelle et la composition du caoutchouc.

Sur le plan de la construction, le pneu radial est celui qui possède les meilleures qualités de friction. Ses ceintures d'acier offrent un excellent compromis entre la douceur de roulement et les performances. Bien sûr, chaque fabricant a ses petits secrets de construction, mais c'est plutôt au chapitre de la semelle et du mélange de caoutchouc que la recette diffère.

Déterminante dans le rendement d’un pneu, la semelle en constitue le seul élément que l'on peut voir et palper. Le pneu d'hiver se distingue par une semelle qui lui permet de s'agripper avec ténacité aux différentes surfaces hivernales tout en se débarrassant le plus possible de la neige et de la gadoue (la « slush ») sur lesquelles nous circulons en hiver. Depuis plusieurs années, presque toutes les semelles sont striées de petites lamelles qui permettent aux pneus de garder une flexibilité tout en assurant une bonne adhérence.

D’autre part, selon une étude finlandaise sur les accidents routiers en hiver, plus de 75 % des accidents mortels surviennent à la suite d'une perte de maîtrise latérale. Ce constat a amené plusieurs fabricants à doter au moins un de leurs modèles de pneus d'hiver de blocs latéraux ouverts pour assurer une meilleure adhérence dans les courbes.

Le dessin de la semelle détermine également le niveau sonore d’un pneu en mouvement. Ainsi, les ingénieurs ont observé que les petits blocs produisent de hautes fréquences, ce qui se traduit par beaucoup de vibrations et de bruit, tandis que les gros blocs engendrent de basses fréquences, donc moins de vibrations et de bruit.

Enfin, tout pneu, même le plus spécialisé, est un compromis. Par sa nature, un pneu quatre-saisons est donc le compromis d'un compromis. En général, à -15 °C, le pneu quatre-saisons a perdu son élasticité : le caoutchouc commence même à durcir dès que la température atteint 7 °C, et le processus s’accélère beaucoup à partir de -7 °C.

Sur l’asphalte sec, lorsque la température descend sous le point de congélation, le pneu d’hiver se révèle supérieur parce qu’il garde son élasticité. Il la conserve d’ailleurs jusqu’à des froids impressionnants, vers les -40 °C. C’est notamment ce qui lui donne une sérieuse avance lorsqu’il est question d’adhérence et de sécurité!

 

Information utile

Pour plus d’information à propos des pneus d’hiver, on peut visiter le site Internet de Transports Canada et pneusenforme.ca.

© CAA-Québec, octobre 2015.


Des questions sur ce thème ou sur un autre sujet lié à l’automobile?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos services-conseils automobiles. Nos conseillers spécialisés sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit l’objet de votre question.

Pour les joindre, appelez maintenant au 1 888 471-2424 ou envoyez-nous un courriel à automobile@caaquebec.com.