«Monsieur, madame, on vérifie l’huile?» demandaient fréquemment les pompistes. Mais voilà, ceux-ci sont maintenant beaucoup plus rares. Alors, c’est quand la dernière fois où vous avez sorti la guenille pour vérifier l’huile? Parions que plusieurs automobilistes baissent les yeux en sifflotant, sachant que la réponse est... jamais.

=> À lire aussi: Lhuile synthétique, cest mieux, mais

Nous avons vérifié le niveau et la qualité de l’huile dans près de 500 véhicules dans les centres d’inspection automobile de CAA-Québec. Notre conclusion: plus de 8% des véhicules ont soif, c’est-à-dire que le niveau d’huile est sous la marque du niveau optimal, et près de 7% roulent avec de l’huile sale. Globalement, 12% des autos ont soif… ou boivent mal!

Pourquoi est-ce un problème?

  • L’huile à moteur, c’est comme le sang du corps. S’il en manque trop, c’est périlleux. Ça peut même bousiller complètement le moteur d’un véhicule. Et remplacer un moteur, ça coûte dans les quatre chiffres au minimum!
  • Si l’huile est présente en moins grande quantité, elle se salira plus vite.
  • L’huile sale perd ses propriétés, ce qui favorise l’usure prématurée du moteur.
  • En général, une consommation d’huile s’approchant de 1 litre par 1000 km peut être le symptôme d’un problème interne du moteur. Raison de plus pour effectuer des vérifications régulières.

Des entretiens toujours plus espacés

Même un moteur en bon état consomme une petite quantité d’huile en fonctionnant, puisqu’une infime partie du liquide reste collée sur le cylindre du moteur et finit par être brûlée. Si votre véhicule est relativement récent, que le calendrier d’entretien prescrit des vidanges d’huile rapprochées (tous les 5000 km, par exemple) et que vous le respectez, il y a de bonnes chances que tout baigne dans l’huile, au sens propre comme au figuré, et que vous n’ayez pas besoin d’en ajouter.

Par contre, les constructeurs conçoivent des moteurs de moins en moins exigeants en la matière, si bien que les visites au garage sont plus espacées. Il n’est pas rare que les vidanges d’huile ne soient requises qu’aux 15 000 km, par exemple. Vous comprendrez qu’il y a alors beaucoup plus de risques que le véhicule manque d’huile avant d’arriver à sa prochaine vidange.

À vos guenilles et ouvrez le capot

C’est écrit dans le manuel du propriétaire: il faut vérifier l’huile régulièrement. Plusieurs manuels recommandent de le faire tous les mois ou plus fréquemment. C’est facile: vous n’avez besoin que de 5 minutes et d’une guenille. Vous ne savez pas comment faire et vous en êtes gêné? Nous vous expliquons comment vérifier lhuile dans cette vidéo. Nous ne dirons à personne que vous l’avez regardée, promis!

Ce que vous devez faire en résumé:

  • Ouvrez le capot et extirpez la jauge d’huile.
  • Nettoyez la baguette.
  • Replongez la baguette, attendez quelques secondes, et sortez-la de nouveau.
  • Déterminez quel est le niveau atteint par l’huile sur la baguette graduée. Votre niveau d’huile devrait se situer au repère supérieur de la baguette. En dessous de cette marque, il manque d’huile. Et il faut en ajouter sans attendre si le niveau s’approche de la marque inférieure.
  • Notez la couleur de l’huile. Celle-ci devrait être claire et limpide, de la couleur d’une bière ambrée. Si la couleur vous rappelle plutôt celle d’une stout, ce n’est pas bon signe.

Choisir la bonne huile

Le type d’huile est exprimé par deux chiffres. Dans 5W30, le 5 indique l’indice de viscosité par temps froid et le 30 indique l’indice de viscosité à la température normale de fonctionnement du moteur. Plus le chiffre est élevé, plus l’huile est épaisse.

Pour choisir la bonne huile, il faut impérativement se référer au manuel du propriétaire. Auparavant, une huile moins visqueuse était souvent utilisée en hiver, pour faciliter les démarrages à froid. Dorénavant, la plupart des moteurs tournent avec de l’huile très claire été comme hiver. Vous pouvez ainsi vous en tenir à la recommandation du constructeur toute l’année.