Les variations de température et d’humidité

Un manque de contrôle de la température et de l’humidité laisse présager des conditions de santé difficiles pour vous et les autres occupants.

Qu’est-ce que les variations de température et d’humidité?

La température ambiante d’une maison et l’humidité relative sont grandement influencées par le temps qu’il fait à l’extérieur. Leur variation est assurément naturelle aux changements de saison ou lorsqu’on ouvre portes et fenêtres, mais un dérèglement important et constant n’est pas souhaitable.

Quels sont les bons niveaux de température et d’humidité dans une maison?

Il est très difficile de dire quelle est la bonne température pour une maison parce que c’est différent d’une personne à l’autre. On se sent bien lorsque les conditions ambiantes permettent au corps de maintenir sa température normale (soit environ 37°C). Autrement dit, la température idéale pour une personne est celle qu’elle ne ressent pas!

Malgré tout, la température de consigne d’une maison devrait normalement se situer entre 20 et 22°C – jusqu’à 24 même, pour les personnes d’un âge avancé. Abaisser la température à 19, voire à 18°C, ne pose toutefois pas d’inconvénient dans la chambre d’une personne en santé.

Outre le degré de température réelle de l’air à la maison, la température ressentie par les occupants varie selon:

  • Le taux d’humidité relative
  • La présence de courants d’air
  • L’effet rayonnant des surfaces froides ou chaudes autour de vous (murs, planchers, plafonds, vitrages, etc.)
  • L’âge, l'habillement, le niveau d’activité, l'état de santé, le degré de fatigue des personnes. 

Quant au taux d'humidité relative (HR), il joue un grand rôle dans la qualité de l'air intérieur. Santé Canada recommande de ne pas descendre sous les 30% l’hiver et de ne pas dépasser les 55% l’été (idéalement, on maintient le taux entre ces deux pourcentages).

Comment les variations de température et d’humidité peuvent-elles affecter ma santé?

1 - La température

À ce jour, au Québec, peu d’études scientifiques ont été menées sur l’impact du niveau de température sur la santé des occupants d’une maison. On sait toutefois qu’une température inférieure à 20 ou 22°C peut entraîner un stress physique, comme une hausse de la pression sanguine chez les personnes âgées et celles affectées par des problèmes chroniques de santé. 

Certains virus comme celui de l’influenza survivent mieux si l’air est sec et plus froid. Encore une fois, mieux vaut ne pas laisser descendre en deçà de 20°C.

2 - L’humidité

Un taux trop élevé d’humidité dans une maison favorise l’apparition de moisissures et d'acariens. Ces puissants allergènes et irritants peuvent être à l’origine de problèmes respiratoires tel que l’asthme. 

Au contraire, en bas de 30% d’humidité relative, l’air est trop sec:

  • Il peut alors causer l’irritation des muqueuses du nez et de la gorge et provoquer des difficultés respiratoires chez les personnes vulnérables (dont les asthmatiques).
  • Le dessèchement de l’air s’avère aussi nocif pour les gens affectés par des maladies de peau et des yeux.
Idée

Bon à savoir

Pour mieux résister aux brusques changements de température, soyez prêt physiquement: bien s'hydrater, bien dormir, bien manger, faire de l'exercice... tout cela est important.

Quoi faire pour contrôler les variations de température et d’humidité dans ma maison?

Il y a plusieurs façons de contrôler la température et l’humidité dans une habitation, notamment, en utilisant au quotidien la hotte de la cuisinière et le ventilateur de salle de bain. D’autres appareils ou équipements peuvent également s’avérer fort utiles selon les situations et les saisons: 

  • En été, utilisez un climatiseur ou des ventilateurs pour abaisser la température ressentie et déshumidifier l’air. Au besoin, recourez à un déshumidificateur portatif au sous-sol ou dans une pièce où la situation l’exige. Ajustez l'appareil à un taux de 50%.
  • Améliorez l’étanchéité ou l’isolation thermique de votre maison pour contrer les infiltrations d’air, afin de contrôler plus facilement la température. Comme ces améliorations feront augmenter le taux d’humidité intérieur, assurez-vous de faire les ajustements requis.
  • Si le taux d’humidité devient trop élevé à l’intérieur en hiver, il faut aérer davantage. Pour y arriver sans refroidir les lieux outre mesure, utilisez un ventilateur à récupération de chaleur (VRC) ou d’énergie (VRÉ).
  • À l'inverse, si le taux d'humidité est trop bas, un humidificateur portatif ou relié à un système de chauffage central est aussi efficace.
Idée

Bon à savoir

Les appareils portatifs doivent être nettoyés au quotidien. Faute d’entretien, leur eau stagnante peut favoriser la prolifération de microbes et entraîner des malaises ou des maladies. Un entretien périodique des autres appareils de contrôle d'humidité tels les échangeurs d'air (idéalement le printemps et l’automne) et leur réseau de conduits (aux 3 à 5 ans) est également à prévoir.