La fumée de combustion du bois

Si agréable soit-il, votre feu de foyer et surtout sa fumée peuvent vous incommoder.

Qu’est-ce que la fumée de combustion du bois?

La fumée de combustion du bois allie une foule de composants nocifs pour la santé et l’environnement: particules fines, monoxyde de carbone (CO), composés organiques volatils (COV), oxydes d’azote (NOx) et de nombreux produits irritants.

Où trouver la fumée de combustion du bois?

Vous vous en doutez bien, la fumée de combustion du bois vient de la combustion du bois, donc des foyers. Et côté pollution, poêles et foyers ne sont pas tous égaux. Selon Environnement Canada, un poêle à bois non certifié émet autant de particules fines dans l’atmosphère en 9 heures qu’un poêle certifié fonctionnant 60 heures ou… une automobile de type intermédiaire parcourant 18 000km. 

La fumée s’infiltre dans l’air ambiant de différentes façons: 

  • Lors de l’ouverture d’un appareil, pour y ajouter du bois par exemple; 
  • Par les fuites ou les fissures d’un poêle ou d’un foyer défectueux ou mal entretenu; 
  • Par les voies d’infiltration (portes, fenêtres…) ou les bouches d’aspiration d’un échangeur d’air – la source de fumée provient alors d’un logement, d’un terrain ou d’un bâtiment voisin.

Comment la fumée de combustion du bois peut-elle affecter ma santé?

Certaines des substances dégagées dans la fumée sont carrément cancérigènes. D’autres, comme les particules fines (au diamètre inférieur à celui d’un cheveu) peuvent pénétrer loin dans les poumons et affecter la santé.

Les effets sur la santé diffèrent d’un contaminent à l’autre et seront plus particulièrement présents lors d’une concentration importante dans l’air.

Effets potentiels à concentration élevée dans l’air

ContaminantsEffets
Monoxyde de carbone (CO)Maux de tête, nausées, étourdissements, aggravation de l’angine chez les personnes ayant des problèmes cardiaques.
Composés organiques volatils (COV)Irritation et maux respiratoires; certains COV sont cancérigènes (ex.: benzène).
Acroléine et formaldéhydeIrritation des yeux et des voies respiratoires.
Particules finesIrritation des voies pulmonaires ; aggravation des maladies cardiorespiratoires, mortalité plus hâtive.
Oxydes d’azote (NOx)Irritation du système respiratoire, douleur à l’inspiration, toux, œdème pulmonaire.
Hydrocarbures aromatiques polycycliquesCertains sont considérés comme mutagènes (substances capables de provoquer des mutations génétiques chez les êtres vivants); d’autres sont cancérigènes ou soupçonnés de l’être.
Dioxines et furanesCancérigènes probables.

Source: Direction de la santé publique de Montréal-Centre

 

Évidemment, les risques pour la santé et les effets varient selon la sensibilité des personnes. C’est habituellement le cas pour:

  • Les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, ainsi que pour les très jeunes enfants. Plus actifs que les adultes, les enfants inhalent plus d’air. De plus, la fumée les affecte davantage, notamment parce que leur appareil respiratoire est encore en développement.
  • Les personnes âgées et celles souffrant d’asthme.


Quoi faire en présence de fumée de combustion du bois?

1. Modifiez votre foyer existant

Il est possible de faire différents travaux afin d’améliorer l’efficacité énergétique de votre foyer. Nous vous suggérons de faire appel à des spécialistes qui effectueront les réparations nécessaires en conformité avec le Code national du bâtiment. 

2. Optez pour un nouveau foyer 

Au Québec, le Règlement sur les appareils de chauffage au bois interdit la fabrication, la vente et la distribution d’appareils de chauffage non certifiés. 

Les appareils homologués par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) ou de l’Association canadienne de normalisation (CSA, norme B415.1) dégagent davantage de chaleur et moins de contaminants.

Vous habitez Montréal? Les seuls appareils que vous pouvez utiliser, sur une base régulière, sont ceux qui n’émettent pas plus de 2,5 grammes de particules fines par heure conformément à la nouvelle version de la norme EPA (en vigueur au plan national à partir de 2020).

3. Entretenez votre appareil

  • Faites ramoner votre foyer et sa cheminée une fois l’an ou à la mi-saison de chauffage, si vous brûlez plus de six cordes de bois;
  • Aux trois ans, faites inspecter et nettoyer votre système d’évacuation par un technicien certifié par l’Association des professionnels du chauffage.

4. Modifiez vos habitudes de consommation

  • Réduisez la quantité de bois brûlé;
  • Utilisez du bois propre et sec, qui a été fendu et empilé de façon à permettre à l’air de circuler autour des bûches pour les sécher;
  • Préférez des produits écologiques, comme les bûches de bois densifié. Elles créent de 30 à 50% moins d’émissions nocives que le bois naturel… avec en prime une efficacité énergétique supérieure de 20 à 35%;
  • Évitez d’utiliser la hotte de la cuisinière en même temps que votre foyer. À cause de la pression négative, la fumée sera alors aspirée à l’intérieur des lieux.
Idée

Bon à savoir

Assurez-vous de la présence, et surtout, du bon fonctionnement d’un détecteur de fumée à chaque étage de la maison.

Pour en savoir plus sur la fumée de combustion du bois