Quand l’hiver joue dur, le sable, le gravier et les mélanges antidérapants sans sel ou produits chimiques s’avèrent d’un grand secours. Grâce à eux, les risques d’aller au tapis sont diminués, et ce, sans menace aucune pour la pelouse, le béton, l’asphalte ou les pavés imbriqués.

Leur épandage sur les accès piétonniers et l’entrée d’auto ne permet cependant pas d’y déloger la glace. Le recours à un fondant – ou produit déglaçant – peut parfois être souhaitable pour éviter qu’une personne ne se retrouve « les quatre fers en l’air » et se blesse. C’est sur un fondant de type chlorure que les consommateurs doivent alors habituellement se rabattre. De manière générale, le marché n’en a que pour eux. Mais sur lequel vaut-il mieux jeter son dévolu? Le chlorure de sodium (sel), le chlorure de calcium, le chlorure de magnésium ou le chlorure de potassium?

Guide d’achat

Retenez d’abord que le coût ne doit pas être le seul critère de sélection d’un fondant.

Deux principaux facteurs sont à considérer : la limite de température jusqu’à laquelle le fondant restera efficace et son potentiel corrosif pour les matériaux et l’environnement.

Chlorure de sodium (communément appelé « sel à glace ») :

  • Avantages : peu coûteux mais peu performant en deçà de -10 °C.
  • Inconvénients : produit extrêmement corrosif; endommage le béton et les végétaux; a besoin de chaleur (circulation, soleil, etc.) pour être activé; laisse des cernes blancs.

Chlorure de calcium :

  • Avantages : efficace jusqu’à -30 °C; rapidité d’action (dégagement de chaleur par réaction exothermique); moindre quantité requise que le chlorure de sodium; moins nocif pour l’environnement que le chlorure de sodium si appliqué tel que recommandé.
  • Inconvénients : plus dispendieux; corrosif pour le métal non peint (p. ex. tiges d’armature du béton); risques d’endommagement des surfaces et des végétaux en cas d’épandage excessif.

Chlorure de magnésium : 

  • Avantages : teneur en chlore inférieure d’au moins 33 % par rapport au chlorure de calcium; caractéristiques comparables à celles du chlorure de calcium mais limite d’efficacité moindre, soit jusqu’à environ -25 °C; sel le moins dommageable pour le béton; non toxique pour la végétation et les animaux si utilisé tel que recommandé.
  • Inconvénients : corrosif pour le métal; risques d’endommagement des surfaces et des végétaux en cas d’épandage excessif.

Chlorure de potassium :

  • Avantages : produit préférable pour les végétaux et le moins corrosif pour le béton.
  • Inconvénients : inefficace à partir de -7 °C; dispendieux; quasi-disparition du marché en raison de l’explosion récente du coût du potassium.

La désagrégation du béton comme de l’asphalte résulte des cycles répétés de gel/dégel. Aussi est-il préférable d’opter pour un fondant qui offre une protection prolongée contre le regel.

Par ailleurs, le bon achat doit être dicté par la quantité de fondant nécessaire au déglaçage d’une superficie donnée. Ainsi, en matière de rapport qualité-prix, il peut être avantageux de payer deux ou trois fois plus pour un produit qui déglacera quatre fois plus en termes de superficie, et ce, plus rapidement, à des températures beaucoup plus basses et avec moins d’impacts environnementaux.

Utilisation : conseils en vrac
L’emploi modéré tout comme le respect des consignes d’épandage du manufacturier (p. ex. ½ tasse/m²) constituent les règles de base d’une pratique réfléchie. Sachez que même les produits utilisés comme engrais, par exemple le magnésium et le potassium, sont susceptibles d’être dommageables lorsque présents en concentration excessive. Pour contribuer à un meilleur contrôle visuel de l’épandage, certains fondants sont maintenant colorés.

Pour les matériaux :

  • Appliquez tout juste assez de fondant pour que la glace se détache de la surface. 
  • Enlevez neige et glace aussitôt l’effet obtenu afin de minimiser les effets secondaires.

Notez qu’aucun fondant ne doit être utilisé sur du béton de moins de 2 ans, car le matériau contient alors des résidus de chaux pouvant causer un effritement au contact du chlorure. De même, il n’est pas recommandé d’en épandre sur du béton sans air occlus, des surfaces fissurées ou écaillées ainsi que des éléments de maçonnerie (brique, pierre, etc.). 

Pour la végétation :

  • Dispersez la neige et la glace chaque fois que vous en délogez, car les amoncellements entraînent des concentrations excessives au moment de la fonte.
  • La pelouse aura plus fière allure au printemps si elle est dotée d’une toile de protection hivernale. Destinée à limiter les brûlures par les sels de déglaçage, ce type de membrane facilite l’enlèvement du sable et du gravier accumulés et doit être retiré sitôt la neige disparue. Certaines sont lavables et réutilisables.
  • Dès le printemps venu, arrosez les zones ayant pu être affectées de manière à favoriser un lessivage des résidus de fondant.

Remerciements à messieurs Deshaies et Henri de Sel Warwick.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.