Habitation - Trucs et conseils - L'achat du barbecue

Elle est bien loin l’époque où quelques briquettes de charbon de bois suffisaient pour faire des grillades. Aujourd’hui, gaz naturel, propane, granules et électricité font concurrence au charbon de bois. Quel combustible choisir ? Que faut-il savoir avant d’acheter un appareil ? Le point.

Avant de partir à la recherche du barbecue idéal, prenez le temps de bien évaluer vos besoins. Mario Villeneuve, conseiller en habitation chez CAA-Québec, recommande de déterminer d’abord l’utilisation que vous comptez faire de l’appareil : sera-t-elle occasionnelle ou quotidienne ? Prévoyez-vous cuisiner seulement pour les vôtres ou recevoir régulièrement des amis à souper ? Combien êtes-vous dans la famille ? Le nombre de personnes pour lesquelles vous cuisinerez aura une incidence sur le choix de la surface de cuisson. Ensuite, interrogez-vous sur le type de cuisson que vous envisagez : grillades, viandes sur broche, etc. Établissez également votre budget. Et, bien sûr, considérez l’espace dont vous disposez tant pour installer votre barbecue que pour le ranger l’hiver. Enfin, soyez informé. C’est la meilleure façon de ne pas vous faire avoir.

LES SOURCES D'ALIMENTATION

De prime abord, vous devrez sélectionner le combustible. Coup d’œil sur les choix.

Le charbon de bois
La cuisson sur charbon de bois se fait à une température très élevée et constante, ce qui, contrairement à ce qui se passe avec les autres combustibles, permet de saisir les viandes et de donner aux aliments une saveur de fumée appréciée des amateurs de barbecue. Par contre, les modèles au charbon n’ont aucun réglage de température : la chaleur s’ajuste en baissant ou en remontant la grille. Impossible de cuire des aliments à feu bas. De plus, les briquettes mettent du temps à se transformer en braises brûlantes. Elles peuvent prendre jusqu’à une heure avant d’atteindre la chaleur désirée – afin d’accélérer les choses, certains barbecues à charbon sont équipés d’un système d’allumage au gaz. De plus, l’entretien est astreignant ; les cendres s’accumulent rapidement et le cendrier doit être nettoyé après chaque utilisation – certains barbecues facilitent cette tâche en incluant un compartiment qui recueille les cendres. Enfin, il faut réapprovisionner régulièrement le barbecue en briquettes de charbon.

Le gaz
Il en existe deux types : le propane et le naturel. Selon Richard Mironchuck, directeur technique chez Impact distribution, le grand avantage des appareils à gaz naturel est l’approvisionnement continu du combustible, contrairement aux systèmes à propane qui requièrent le remplissage de la bonbonne. Les modèles à gaz propane sont toutefois les plus populaires en raison de leur accessibilité et de leur facilité à être déplacés – les appareils à gaz naturel ne peuvent pas se balader car ils sont raccordés au robinet de gaz. L’atout des barbecues à gaz : ils s’allument sur simple pression d’un bouton et chauffent en quelques minutes. Ils sont offerts avec un ou plusieurs brûleurs.

L’électricité
Le barbecue électrique est la solution pratique pour ceux qui veulent cuisiner dehors sans se compliquer la vie. Mieux, c’est le seul barbecue qui peut s’utiliser aussi à l’intérieur. Il s’allume par simple commande manuelle et cuit par rayonnement des éléments. La température et la cuisson sont réglées au moyen d’un thermostat. Adieu le problème d’approvisionnement en carburant. Et un tel appareil est parfait pour les balcons d’appartement. Le hic : il prend un certain temps à chauffer et cuit beaucoup plus lentement que les modèles fonctionnant avec d’autres formes d’énergie. Par ailleurs, il est inutilisable lors d’une panne de courant – mais un convertisseur muni d’une batterie peut prendre la relève.

Les granules
À l’instar des modèles électriques, les barbecues à granules ont besoin d’un branchement électrique pour fonctionner – mais là aussi un convertisseur muni d’une batterie peut prendre le relais advenant une panne de courant. Leur grand avantage : ils peuvent servir aussi de fumoirs. Le fumoir ajoute aux aliments un petit goût de fumée, un peu à la manière des grils à charbon de bois.


LA STRUCTURE

La mode est à l’acier inoxydable. Méfiez-vous toutefois des barbecues rutilants couverts d’inox et vendus à petit prix. La qualité du matériau peut laisser à désirer. “ Il existe des grades dans l’acier inoxydable, souligne Richard Mironchuck. Plus le grade est bas, plus l’inox est épais, durable, résistant et de qualité. Il garantit aussi le maintien d’une bonne chaleur pendant la cuisson. À l’inverse, plus le grade est élevé, plus l’inox est mince. En plus de mal répartir la chaleur, l’inox mince s’endommage vite, brunit et se nettoie difficilement. ” Les grades varient habituellement entre 204 et 430. Dans le magazine Protégez-vous de juin 2007, on recommande également de vérifier si les parties en inox qui sont en contact avec la chaleur sont bien isolées par une cloison. Il existe aussi des boîtiers en acier au fini émaillé, en fonte et en aluminium. Informez-vous et comparez les avantages et inconvénients de chacun. Attention : il se peut que la base de certains modèles bas de gamme soit faite d’une simple tôle peinte en noir. Soyez vigilant, parce que la tôle ça rouille ! Finalement, assurez-vous que le boîtier est solide et robuste et que le couvercle ferme bien. Aussi, recherchez une cuve assez profonde : plus elle sera grande, plus la chaleur sera diffusée uniformément sur la surface de cuisson et plus les flambées seront réduites. Côté tablettes : assurez-vous que l’espace de travail est suffisant pour accueillir tous les plats et les ustensiles nécessaires à la cuisson. Et vérifiez la stabilité de celles-ci : les tablettes rabattables ou amovibles sont souvent moins solides que les tablettes fixes.


Les brûleurs
Leur nombre varie habituellement de un à quatre. Règle générale, plus il y a de brûleurs, plus la surface de cuisson est grande. Optez de préférence pour un modèle muni de brûleurs indépendants (à réglage individuel de température) qui permettent de cuire simultanément des aliments à différentes températures ou de n’utiliser qu’un seul brûleur si vous cuisinez pour une ou deux personnes. Vous économiserez ainsi le combustible ; de plus, vous augmenterez la longévité des brûleurs si vous les utilisez en alternance. Par ailleurs, certains barbecues sont dotés d’un brûleur à ondes infrarouges. L’avantage de ce type de brûleur est qu’il peut atteindre 1800 °C en quelques secondes seulement. Outre ce préchauffage rapide, le temps de cuisson est aussi plus court. Le bémol : les aliments comme les légumes et les poissons ont tendance à calciner sous l’action de la chaleur intense. Il est toutefois possible de transférer la cuisson sur un brûleur ordinaire. Lors de votre magasinage, n’oubliez pas de vérifier la disposition des brûleurs. Ils doivent couvrir la plus grande superficie possible de la cuve pour une chaleur égale. Côté forme, préférez les modèles en forme de H, de 8, de papillon ou de serpentin qui répartissent bien la chaleur. Le choix d’un brûleur arrière est intéressant pour les rôtisseries :sa configuration minimise les flammes, ce qui réduit la formation de substances cancérigènes. Quant au brûleur latéral, il peut être utile pour réchauffer dans une casserole la sauce d’accompagnement.

La puissance des brûleurs
La puissance des brûleurs se définit en BTU (British Thermal Unit). Mais attention : contrairement à la croyance populaire, le nombre de BTU ne correspond pas à la performance de l’appareil. Le total des BTU est plutôt lié au nombre de brûleurs. Plus il y a de brûleurs, plus la surface de cuisson est grande et plus le nombre de BTU est élevé. Mais si le nombre de BTU est trop élevé par rapport à la superficie du barbecue, la cuisson à feu doux sera difficile à exécuter, alors que s’il est insuffisant, la cuisson sera trop lente et décevante. Les appareils à gaz génèrent en moyenne une puissance variant de 25 000 à 60 000 BTU.

La surface de cuisson
La surface totale se mesure en pouces carrés (po2) et varie en moyenne entre 240 po2 et 611 po2. Elle représente l’addition de la surface primaire, qui est la principale surface de cuisson, et de la surface secondaire, qui est la surface de la grille de réchaud. Pour savoir quelle surface totale répond à vos besoins, calculez environ 60 po2 par portion. Plus simple encore, rappelez-vous qu’une main équivaut à une portion. Par exemple, si vous achetez un barbecue de 400 po2, vous pourrez préparer environ sept portions en même temps.

Les grilles de cuisson
Il existe une variété de grilles. Règle générale, les modèles bas de gamme ont une grille en métal, émaillé de porcelaine ou non, à fines tiges ; les milieux de gamme possèdent une grille en fonte émaillée ou non ; les haut de gamme ont une grille en inox à larges tiges rapprochées pour mieux retenir les aliments. Les larges tiges conservent aussi leur chaleur plus longtemps. “ Les grilles en fonte et en acier inoxydable sont évidemment recommandées, déclare Richard Mironchuck. Les grilles en acier sans porcelaine ont tendance à rouiller. De plus, comme l’acier garde moins bien la chaleur, l’intensité des brûleurs doit être élevée pour maintenir une bonne chaleur tout au long de la cuisson. Les grilles en fonte sont les préférées des chefs parce qu’elles retiennent super bien la chaleur ; le brûleur peut donc être plus bas pour effectuer la même cuisson. Elles peuvent cependant rouiller en surface si elles ne sont pas enrobées de porcelaine, d’où l’importance de bien les entretenir. Par contre, elles mettent un peu plus de temps à perdre leur chaleur quand on veut abaisser la température. Les grilles en acier inoxydable ne rouillent pas, mais selon leur qualité elles peuvent brunir et être difficiles à nettoyer. ”

Les éléments radiants
Ils diffusent non seulement la chaleur, mais ils absorbent aussi une partie de la fumée et protègent les brûleurs des graisses provenant des aliments. On les trouve sous trois formes : les briquettes de céramique, les roches volcaniques et la plaque radiante métallique. Les briquettes de céramique captent et répartissent bien la chaleur. Leur surface lisse diminue les flammes. Elles doivent être remplacées tous les trois ans environ. Les roches volcaniques, pour leur part, offrent un moins bon contrôle de la chaleur. Leur surface poreuse contribue au jaillissement des flammes. Elles doivent être changées tous les ans. Quant à la plaque radiante métallique, elle répartit le mieux la chaleur, produit moins de flambées, se nettoie bien et possède une très bonne longévité. Assurez-vous qu’elle couvre parfaitement les brûleurs.

Les systèmes d’allumage
Les systèmes à bouton-poussoir produisent une seule étincelle chaque fois que le bouton est enfoncé, tandis que les systèmes rotatifs et électroniques en produisent plusieurs, ce qui facilite l’allumage du barbecue. Mais quel que soit le système, il faut l’entretenir régulièrement pour le débarrasser des résidus graisseux et pour prévenir la rouille, deux éléments susceptibles de nuire à son bon fonctionnement.

Les roues
Un appareil sur deux roues – les deux autres pieds sont fixes - assure une plus grande stabilité, alors que celui sur quatre roues se déplace facilement. Dans ce dernier cas, les roues pivotantes peuvent toutefois se coincer entre les planches d’une terrasse de bois. À considérer.

Par Jacqueline Simoneau



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.