La peinture écolo : ce qu'il faut savoir

Les fabricants de peinture ont suivi le mouvement vert en produisant des formules moins nocives pour l’environnement. On en retrouve deux types : la peinture à faible teneur en COV et la peinture recyclée.

Moins de COV, moins de polluants!
La peinture traditionnelle contient des composés organiques volatils (COV) qui s’évaporent au séchage. Ceux-ci sont nocifs pour l’environnement et pour votre santé. Ils peuvent provoquer des problèmes respiratoires, des maux de tête, des étourdissements, de la fatigue, et plus encore. Donc, moins il y en a, mieux c’est.

Pour faciliter vos achats, recherchez l’Éco-Logo¹ d’Environnement Canada, qui est apposé sur les produits contenant moins de 250 g de COV par litre. Un taux jugé acceptable sur le plan environnemental. Certains produits se situent même bien en deçà de cette norme au point d’en renfermer aussi peu que 50 g par litre.

La vertu verte de cette peinture :

Moins de substances toxiques générées, donc un environnement plus sain. Elle constitue donc un choix santé pour les personnes allergiques ou souffrant de problèmes respiratoires, mais aussi pour toutes celles qui ont à cœur la qualité de l’environnement.

La limite de ces vertus pour la quasi-totalité de ces peintures :

Même si la base d’une peinture est certifiée sans COV ou à faible teneur en COV, tout peut changer après la coloration. Les pigments ajoutés à une base peuvent augmenter sensiblement le taux de COV. En général, plus le colorant est foncé, plus il en contient.

Peinture recyclée
La peinture recyclée est pour sa part fabriquée avec des restants de peintures récupérées, triées, filtrées puis mélangées pour créer de nouvelles peintures vendues sous la marque Boomerang. Cette peinture convient bien pour recouvrir les murs d'une pièce où le côté « déco » est moins prioritaire, tels garage, grenier, sous-sol, rangement, salle de jeu, etc.

Les vertus de cette peinture :

  • Recyclage d’un grand volume de produits qui prendraient autrement le chemin des sites d’enfouissement ou des égouts où ils pollueraient le sol, l’air et l’eau.
  • Récupération et recyclage des contenants de métal.
  • Production moins polluante et moins énergivore comparativement aux autres types de peinture (élimination des opérations d’extraction et de raffinement, générant donc 75 % moins de gaz à effet de serre).
  • Moins de la moitié du prix d’une peinture neuve de qualité équivalente, soit environ 13 $ le litre.

Les limites de ces vertus :

  • Choix de finis et de couleurs limités.
  • Peut contenir des matières toxiques absentes des peintures d’aujourd’hui (production à partir de peintures pouvant dater de plusieurs années).

Où déposer vos restants de peinture? Où trouver de la peinture « revalorisée »? Vous trouverez réponse à tout sur le site Internet de la société sans but lucratif Éco-peinture².

¹  Éco-Logo : www.ecologo.org/fr/search/
²  Éco-peinture : www.ecopeinture.ca

Source : Texte « Peinture ou teinture pour la terrasse » de Jacqueline Simoneau. Touring , édition printemps 2009.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.