Votre système de chauffage est le plus glouton des équipements de la maison en ce qui a trait à la consommation d’énergie. Ce qu’il dévore à lui seul réclame en moyenne 60 % de la facture annuelle à ce chapitre.

Chauffage : comment obtenir davantage d’un système existant

Le premier réflexe pour faire diminuer cet appétit est habituellement d’améliorer l’étanchéité et l’isolation thermique de la maison. Un appareil qui travaille moins sera forcément moins énergivore. Ce qu’on oublie souvent, c’est qu’ un appareil qui travaille mieux le sera aussi .

Or, que savez-vous de l’efficacité du vôtre? Pourrait-il vous en donner plus pour moins? Il y a fort à parier que oui s’il n’est pas au meilleur de sa condition. Lui offrez-vous seulement tous les soins requis?

Ce qui doit être fait mérite d’être bien fait!

Sachez d’abord que les systèmes de chauffage central nécessitent un entretien annuel qui doit être confié à un entrepreneur dûment qualifié et ne doit surtout pas être bâclé.

Faire faire l’entretien et la mise au point d’un système à combustion (mazout, gaz naturel ou propane) ou électrique en 20 minutes au coût de 39,95 $ est tout sauf une bonne affaire. C’est habituellement trois fois plus de temps, soit environ une heure , qu’un professionnel mettra pour un travail de qualité.

Du ménage et des réglages

Le brossage des parois de la chambre de combustion d’un appareil de chauffage centralisé à air chaud (et de son conduit de raccordement) pour en retirer la suie doit être minutieux. Les dépôts qui s’accumulent dans les moindres recoins de l’appareil nuisent considérablement à l’échange thermique. L’efficacité d’un système de chauffage en souffre donc.

L’appareil fonctionne au mazout ? Il faut aussi vérifier les dispositifs de sécurité (limiteur en cas de surchauffe et dispositif de surveillance de la flamme), remplacer le filtre à l’huile et, très souvent, le gicleur, régler le brûleur (ajustement de la flamme), inspecter les raccords (fuites) et procéder à un « test de fumée » afin d’évaluer la qualité de la combustion. L’entretien d’un appareil au gaz appelle une routine très semblable. Il peut en outre comprendre le remplacement du thermocouple et du contrôle du pilote.

Si une évaluation plus pointue du rendement est nécessaire, le technicien devra prélever un échantillon des gaz de combustion, vérifier la pression de tirage et déterminer la température et la concentration en dioxyde de carbone ou en oxygène des gaz évacués.

Dans le cas d’un système à eau chaude (hydronique), la pompe de circulation (lubrification) et le réservoir d’expansion doivent aussi être vérifiés par un spécialiste . Pour un système à air chaud (air pulsé), le ventilateur doit être nettoyé à fond, son moteur lubrifié et la tension de la courroie d’entraînement ajustée au besoin.

Dans les deux cas, vous pouvez contribuer vous aussi à accroître le rendement de votre système de chauffage :

  • Système à eau chaude : purgez et nettoyez les radiateurs; huilez au besoin le moteur de la pompe de circulation; isolez les tuyaux qui transitent par un espace non chauffé; installez des panneaux réflecteurs de chaleur sur les murs à l’arrière des radiateurs et assurez une bonne circulation d’air tout autour.
  • Système à air chaud : nettoyez ou remplacez régulièrement le filtre à air; assurez-vous que les joints des conduits sont parfaitement scellés afin que la chaleur atteigne bien la cible.

Des petits gestes fort profitables!

Thermopompe et unités électriques

Pour leur part, à moins de peiner à l’ouvrage, les thermopompes ont normalement peu à gagner d’une grande cure annuelle au cours de leurs premières années de service. L’entretien des serpentins et filtres tel que prescrit par le fabricant ne demande pas l’intervention d’un technicien.

Après cinq ans, on permettra à l’appareil de mieux performer plus longtemps en faisant inspecter et lubrifier moteur et ventilateurs et vérifier la pression et la température du réfrigérant.

Le chauffage assuré par des unités électriques , soit des plinthes ou des convecteurs, requiert quant à lui un entretien minimal. Il se résume à un coup de brosse d’aspirateur annuel sur l’élément et, le cas échéant, les pales du ventilateur afin d’y déloger la poussière accumulée. Assurez-vous auparavant d’en avoir coupé l’alimentation électrique.

L’élément-clé : le thermostat

Retenez enfin que pour tout appareil de chauffage, l’économie d’énergie passe d’abord par la présence de thermostats électroniques (programmables ou non), dont la précision accrue permet d’abaisser les coûts de chauffage d’environ 10 %. 

Aviser votre assureur

Vous décidez de moderniser votre système de chauffage ou d’ajouter un nouvel appareil de chauffage d’appoint? Avisez votre assureur. En général, cela devrait avoir peu d’impact sur votre prime d’assurance habitation. Toutefois, si vous faites une réclamation pour un sinistre lié à votre appareil, et que vous n’aviez pas déclaré celui-ci à votre assureur, votre indemnité pourrait être réduite. Par exemple, si votre prime devait être augmentée de 10% à cause de votre appareil, votre indemnité pourrait être réduite dans la même proportion.

Sources : Nos entreprises recommandées, Plomberie Fury et Desmair inc. ainsi que Ouellet Canada inc. et l’Office de l’efficacité énergétique. 



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.