À l’approche de l’hiver, les plinthes électriques reprennent du service. Voilà l’occasion de les réévaluer en termes de confort, de rendement énergétique, de design et de sécurité… Parfois, un autre type d’appareil comme un convecteur, un système radiant ou un aérotherme peut avantageusement les remplacer.


Découvrez ici divers appareils ou systèmes susceptibles de vous tenir au chaud – et qui se distinguent souvent dans la façon de transmettre la chaleur. Mais avant, parlons plinthes!

 

Remplacer des plinthes, pourquoi?

La plinthe électrique est très répandue au Québec, et ce n’est pas un hasard : elle est peu coûteuse à l'achat comme à l'installation, et son emploi est simple.

 

Par ailleurs, la plinthe n’est pas sans défaut :

  • Cet appareil accapare de longs espaces de plancher à la base des murs.
  • Il produit une chaleur inégale.
  • Il émet des bruits de craquements lorsque la plinthe se réchauffe ou se refroidit.
  • Celle-ci peut causer des brûlures lors d’un contact avec l'élément chauffant.

Bon à savoir

La plinthe fonctionne par convection naturelle : à son contact, l’air se réchauffe. Cet air chaud s’élève, car il est plus léger que l’air ambiant, plus froid. Il s’ensuit une circulation d’air généralisée dans la pièce.

 

Du côté du convecteur

Comme la plinthe, le convecteur fonctionne par convection naturelle. Cet appareil répartit cependant mieux la chaleur : son boîtier, plus haut que celui de la plinthe électrique, produit un effet de cheminée. L’air chaud sort donc avec plus de vigueur par les grilles supérieures de l’appareil.

 

Le convecteur s'installe partout, aussi bien sur un mur extérieur qu'une cloison intérieure. D’autres caractéristiques l’avantagent :

  • Il existe en plusieurs formes et formats, ce qui permet de lui trouver plus facilement un emplacement.
  • Il se révèle plus silencieux que la plinthe.
  • Plusieurs détails augmentent sa sécurité – arrêt automatique en cas de surchauffe, clapet pour verrouiller le thermostat, etc.

 

Par contre, le coût du convecteur est de trois à cinq fois supérieur à la celui de la plinthe électrique. Il projette l’air chaud avec plus de puissance que cette dernière, mais sans pour autant assurer une diffusion de chaleur aussi uniforme que l’appareil radiant.

 

L’aérotherme, polyvalent à souhait

Aussi appelé soufflant, ventiloconvecteur ou aéroconvecteur, l’aérotherme est destiné aux endroits exposés au froid (les garages, par exemple) ou trop petits pour accueillir des appareils de convection : dessous d’armoires, salles de bains, etc.

 

Cet appareil fonctionne par convection propulsée : l’air chaud est projeté avec force par un ventilateur mécanique (une soufflerie).

 

Bon à savoir

  • L’aérotherme, muni d’un thermostat et d'une minuterie intégrés, peut chauffer la pièce à basse vitesse ou, temporairement, en accéléré.
  • Comme certains modèles sont très bruyants, vérifiez ce point avant d’arrêter votre choix…
  • Pour le garage, la puissance des aéroconvecteurs varie en général de 2 000 à 10 000 watts. Il faut les installer au centre du plafond : ils souffleront alors de tous les côtés vers le plancher, afin que l’air chaud soit rediffusé dans la pièce.

 

Les unités de chauffage radiant électriques

Les systèmes de chauffage radiant fonctionnent par rayonnement : il s’agit du transfert de la chaleur d’un corps chaud vers un corps froid, sans contact entre les deux. L’échange se fait par déplacement d’ondes infrarouges.

 

Autrement dit, au lieu de réchauffer l’air ambiant, l’appareil radiant devient, une fois activé, une masse chaude qui réchauffe les autres masses autour de lui (comme les murs, les meubles...).

 

Sur le marché québécois, les unités électriques radiantes de chauffage indépendant (pièce par pièce) peuvent prendre les formes suivantes :

  • Plafond de gypse radiant;
  • Câbles chauffants sur treillis disposés sous les carreaux de plancher en céramique;
  • Plinthe ou « convecteur » radiant; ils ont l’apparence d’une plinthe ou d’un convecteur mural sans grille de ventilation, mais il s’agit bien de radiateurs. Leur point commun : un matériau massif qui accumule la chaleur et qui finit par rayonner – la fonte d’aluminium, par exemple.

 

Les atouts du chauffage radiant sont les suivants :

  • Il dégage une chaleur douce et enveloppante, uniforme entre le plancher et le plafond
  • En ne faisant pas circuler d'air, il ne soulève pas de poussière.
  • Le chauffage radiant peut être réglé à une température plus basse que le chauffage à convection, sans compromis sur le confort.
  • Il convient bien aux endroits aérés comme les vestibules. En effet, lorsqu’une porte s’ouvre et laisse entrer un courant d’air froid, la chaleur reste emmagasinée dans les masses.

 

Par contre :

  • Les appareils radiants sont généralement plus chers que les appareils à convection.
  • On ne peut pas compter sur eux pour un afflux rapide de chaleur : ils réchauffent les lieux peu à peu.
  • Sous certains types de revêtements de plancher comme le bois franc, il est déconseillé d’en installer.
  • Les systèmes radiants de plafond ou de plancher peuvent limiter les possibilités de rénovation.

 

En fin de compte, c’est à vous de décider quel appareil convient le mieux à chacune de vos pièces. Vous pouvez aussi en combiner deux types, comme on le voit d’ailleurs souvent dans les salles de bains… Le mot d’ordre : laisser vos besoins et votre budget vous « souffler » la solution!



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.