La vente d’une maison est une transaction complexe qui demande sérieux et préparation. Voici 10 conseils pour qu’elle s’effectue vite et sans tracas.

1. Bien choisir son courtier immobilier

Assurez-vous d’en dénicher un en qui vous aurez confiance et qui saura répondre à vos besoins. Un courtier reconnu ayant à s’occuper de dizaines de propriétés pourrait, par exemple, ne pas convenir aux vendeurs exigeant une grande disponibilité. Consultez votre entourage pour obtenir des recommandations et rencontrez plus d’un candidat avant d’arrêter votre choix. Et assurez-vous que votre futur allié connaisse à fond votre secteur et qu’il détienne un permis valide de l’Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

2. Fixer un prix réaliste

Un prix trop élevé dissuadera les acheteurs potentiels et allongera le délai de vente de votre résidence. Voilà pourquoi il importe de fixer un prix de vente réaliste et compétitif. Vous y arriverez en comparant votre demeure à celles qui sont à vendre ou qui ont été vendues récemment dans votre quartier. Tenez également compte des éléments susceptibles d’influer sur la valeur de votre propriété: année de construction, matériaux utilisés, terrain, état de l’immeuble, etc. Votre courtier devrait bien vous guider à cette étape. Vous vendez votre maison vous-même? Faites appel à un évaluateur agréé, un professionnel neutre et habilité à fixer le prix d’une propriété.

3. Faire une mise en marché efficace

La mise en marché d’une maison doit être organisée et efficace! Profitez des différentes vitrines pour en faire la promotion: journaux et revues spécialisés, petites annonces, sites internet et médias sociaux. Affichez un maximum de photos montrant votre résidence sous son meilleur jour et sous tous ces angles! Vous pouvez aussi confier votre mise en marché à une entreprise de vente immobilière sans intermédiaire. Vous avez un agent? Il s’occupera de ce volet.

4. Nettoyer de fond en comble

Tout propriétaire devrait faire un grand ménage avant d’ouvrir la porte aux visiteurs. Fenêtres, tapis, murs, plafonds, joints autour de la baignoire et des éviers…, votre propriété doit être exempte de poussière, de saleté et de mauvaises odeurs. Les premières impressions ont un impact considérable sur la perception qu’un acheteur potentiel conserve de sa visite.

5. Maximiser la valeur de sa propriété

Les professionnels de l’immobilier sont unanimes: en rendant sa maison accueillante, on l’aide à trouver preneur. Pour créer une bonne ambiance, suivez les règles du home staging. Épurez et dépersonnalisez votre décor, harmonisez et rafraîchissez votre intérieur, réparez les défauts apparents et misez sur un éclairage sobre et relaxant.

6. Faire preuve de transparence

Le mot d’ordre: transparence. Une infiltration d’eau s’est produite au printemps dernier? Même si vous avez réparé les dégâts, mentionnez l’incident dans votre déclaration. Vous pourrez ainsi éviter d’éventuelles poursuites judiciaires. Si vous avez des doutes sur l’état de votre maison, faites-la inspecter avant de la mettre en vente.

7. Connaître ses droits et ses obligations

Saviez-vous qu’un vendeur est responsable des vices de sa maison, même s’il n’en connaissait pas l’existence? Familiarisez-vous avec les processus de vente, les droits et les obligations du vendeur et de l’acheteur. Plusieurs ressources fiables pour vous informer: les conseillers en habitation de CAA-Québec, l’OACIQ, Éducaloi et lacopropriété.info

8. Tout savoir sur la paperasse

Si vous souhaitez vendre par vous-même, consultez à l’avance les formulaires (promesse d’achat, annexes, etc.) qui seront utilisés durant le processus de vente de la propriété. Vous pourrez ainsi lire et démystifier sans pression – et non dans l’euphorie que provoque une offre alléchante – toutes les subtilités de ces documents légaux. Si des questions subsistent, consulter votre notaire ou le site de l’OACIQ pour vous renseigner.

9. Vendre d’abord, acheter ensuite

Vous comptez acheter votre future propriété avant de conclure la vente de votre maison? Cette pratique – hélas, assez courante – pourrait vous faire perdre gros… Et si la personne intéressée retirait son offre après l’inspection de votre propriété? Et si aucun autre acheteur ne se présentait à votre porte? Vous pourriez être contraint de réviser votre prix à la baisse, ou pire, avoir deux résidences sur les bras.

10. Suivre de près son courtier

Vous avez retenu les services d’un courtier immobilier pour vous accompagner dans vos démarches? Assurez-vous qu’il travaille pour vous! Exigez un rapport hebdomadaire de ses activités en l’interrogeant sur le nombre d’appels reçus et les commentaires qu’auraient pu lui transmettre des visiteurs. Sollicitez ses conseils, interrogez-le sur sa stratégie de mise en marché, bref, intéressez-vous à son travail!

Mis à jour le 17 février 2017

Texte original: Marie-Claude Masson

Nous tenons à remercier M. Serge Brousseau, courtier immobilier et propriétaire, Remax du Cartier Montréal, pour ces précieux conseils.



Des questions? Des travaux en vue?

Si vous êtes membre de CAA-Québec, appelez gratuitement et aussi souvent que vous le désirez nos conseillers professionnels en habitation. Ils sont à votre disposition pour vous aider à faire des choix éclairés et objectifs, quel que soit le projet que vous souhaitez réaliser. Servez-vous aussi de notre banque d'entreprises recommandées en habitation, qui regroupe plus de 700 établissements de confiance.